4 01 /12 /décembre /2011 00:00

 

 

Amis internautes,

 

BIENVENUE au Moulin de Lugny-lès-Charolles, en terroir Charolais-Brionnais, au sud du département de Saône & Loire, région Bourgogne Franche Comté.

 

Le blog que vous vous apprêtez à parcourir retrace les travaux de restauration mis en oeuvre depuis 2001 sur le bâtiment et son environnement, et présente sur 2013 et 2014, en deux temps, l'installation d'une microcentrale hydroélectrique de 35 KW actionnée par une roue à aubes.

 

Vous découvrirez au fil des pages quinze années d'aména-gements et d'animations qui témoignent de l'engagement  des membres actifs bénévoles de l'association. Ils vous accompagneront pendant votre lecture sur tous les chantiers entrepris et dans les diverses activités qui rythment la vie du moulin.

La visite du blog est "copieuse", détaillée avec images et commentaires, et je vous souhaite bon voyage dans ce lieu d'histoire et de mémoire du Charolais.

                                                                                                                                                 Bernard de Grammont

                                                                                                Président de l'association.

 

 

Les membres actifs de l'association

 Août 2016 hormis 2 dames absentes

(L'association regroupe environ 70 adhérents)

 

 

 

 

Le département de Saône & Loire

Carte touristique

 

 

 

 

---

 

 

 

Avant-propos

 

 

Pour faire défiler l'histoire complète du moulin

Utiliser l'ascenceur ou la molette de la souris en avant / arrière.

ou recommandé : positionner le curseur sur le fond d'écran gris foncé + appuyer une fois sur la molette > affichage de l'icône > lancer le défilement automatique à la vitesse de lecture souhaitée en déplaçant le curseur vers le bas, plus ou moins loin. Pour arrêter le défilement > remonter le curseur dans l'icône ou clic gauche une fois. Pour reprendre le défilement renouveler l'opération ci-dessus. Au besoin, combiner défilement automatique et rotation molette.

 

 

Pour consulter une année particulière choisir dans le pavé vert ci-dessus à droite PAGES CHRONOLOGIQUES DU BLOG.

Les titres énumérés en marge de chaque année signalent le ou les faits marquants de l'année considérée.

Ne sont pas titrés systématiquement et à découvrir au fil de la lecture :

Les divers petits travaux, les visites particulières, celles organisées pour les journées du patrimoine, pour les journées des moulins et pour la fête annuelle.

 

 

 

Un des buts de l'association étant de faire connaître la vie du moulin  au travers des travaux et des animations qui s'y déroulent, nous sommes appelés à prendre des photographies des structures et des personnes, ces dernières pouvant être indistinctement membres de l'association ou visiteurs, et à les insérer sur le blog. 

Toute personne pénétrant donc dans le périmètre privé du moulin, à l'extérieur comme à l'intérieur des murs, accepte le principe de renoncer de facto à son droit à l'image.

 

 

Les publicités surgissantes souvent sans rapport avec le contenu du blog ne sont pas du fait de l'association qui regrette leur apparition. Elles sont imposées par l'hébergeur du site afin d'en assurer la pérennité. Si vous pensez qu'elles dégradent la lecture et que vous ne souhaitez plus les voir lors de vos visites, vous pouvez éventuellement installer ou faire installer sur votre ordinateur un module de blocage des publicités en général. 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

Origine et étapes connues

de la vie du moulin

 

 

XIè siècle : Un document découvert en janvier 2011 dans les archives du château, la Physiophile n°146, indique que le moulin existait déjà au XIè siècle.

 

 

1513 : Une autre archive mentionne sa reconstruction au XVIè, suivie d'une mise en vente et acquisition par le comte de Levis, seigneur de Lugny.

La famille en est propriétaire pendant près de 350 ans.

 

 

1720 : Bail du moulin daté du 5 octobre.

 

   
     

 

1770  :  La rivière Arconce est aménagée, un bras secondaire obstrué, le bief creusé et élargi, un barrage en pierre bâti, des roues à aubes installées pour entraîner deux paires de meules à céréales et une paire de meules à huile.

 

 

1805 : Vue de l'église, du bourg, du château, depuis le moulin, au travers d'une toile peinte vraisemblablement à cette époque. Un pont traversait alors l'Arconce, prolongé par un chemin à travers prés qui menait au village. La perspective par rapport à l'existant a été un peu tronquée par le peintre.

 

 

   

 

 

1843 : Les successeurs de la famille de Levis vendent l'ensemble de la propriété, dont le moulin, au comte de Croix.

 

 

1870 : Un nouveau barrage radier de type "masse" est construit et un dispositif de vannage y est ajouté.

 

 

1880 : Un règlement des eaux est établi et le droit d'eau est accordé en 1883 au prince de Croÿ, gendre et successeur de M. de Croix.

 

 

1920 : Vue d'époque. Une petite roue à galettes actionne alors les meules.

 

   
  Le moulin en 1920  

 

 

1925  :  Le comte de Grammont, gendre et successeur du prince de Croÿ, abandonne le principe de la roue et construit un bâtiment annexe avec une turbine à axe vertical de type "radiale française" de 25 cv. Elle actionne alors une paire de meules et une dynamo produisant de l'électricité en courant continu pour l'éclairage du château.

 

 

1939 : Charme et nostalgie d'un moment de pêche en aval du moulin.

 

 

 

1969   La turbine ne répond plus aux besoins électriques du château et la commercialisation des farines de petite meunerie devient de plus en plus aléatoire. Le moulin est alors fermé et laissé à l'abandon jusqu'à la fin du siècle, voué aux intempéries et aux dégradations de l'eau qui sape ses fondements.

 

 

 

1980 : Etat des lieux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2016 : les mêmes endroits après restauration et aménagements.

 

          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais revenons au point de départ en 2000

pour le début de la renaissance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 01 /11 /novembre /2011 00:00

 

  Création de l'association

  " Les Amis du Moulin de Lugny-lès-Charolles "

 

 

La commune de Lugny, - jumelée à Mex dans le canton de Vaud depuis mai 1993 -, est interpelée par ses homologues suisses sur la dégradation du site, et encouragée à lui en éviter la ruine complète. 

 

Une association loi 1901 est créée dans ce but, et dotée d'un bail emphytéotique de 50 ans. Le président est Bernard de Grammont.

Les statuts sont déposés à la sous-préfecture de Charolles le 7 février 2000, et le siège est fixé à la mairie de Lugny-lès-Charolles (71120). 

 

Objet

Promouvoir une action culturelle d'ensemble fondée sur la connaissance et la réhabilitation du patrimoine architectural, historique et esthétique de la région de Charolles et en particulier du site du moulin de Lugny.

 

Avec extension en 2011

Site bénéficiant d'un droit d'eau sur la rivière "Arconce" pouvant permettre une production d'électricité par roue hydraulique et micro-centrale.

 

---

 

L'association est habilitée à recevoir des dons par l'intermédiaire de la Fondation du Patrimoine, reconnue d'utilité publique.

 

---

 

Membre de l'association départementale " Les Moulins en Saône et Loire", et de la F.F.A.M. "Fédération Française des Associations de Sauvegarde des Moulins de France".

 

www.moulinsdefrance.org

 

 

 

 

 

 

 

5 30 /09 /septembre /2011 23:00

 

  

Il faut sauver ce moulin

 

(chantiers Rempart)

 

En 2001, les "Amis du Moulin" se lancent dans la rénovation de l'ouvrage avec l'aide de l'Association Régionale S.M.B.S./REMPART de Bourgogne (Sauvegarde des Monuments de Bourgogne et des Sites) qui coordonne les actes administratifs pour l'obtention d'aides financières auprès des organismes suivants :

 

Ministère de la jeunesse et des sports

Ministère de la culture

Ministère de l'environnement

Ministère de l'emploi et de la solidarité

Conseil régional

Conseil général

Association Rempart national

Association Rempart de Bourgogne

Fondation du patrimoine.

 

Le partenariat avec S.M.B.S./REMPART apporte le concours d'une équipe de bénévoles pendant 15 jours à 3 semaines en été, principalement des étudiants, garçons et filles aussi bien français qu'étrangers encadrés par 2 animateurs, l'un se rapportant à la technique, l'autre à la vie sociale.

Les matins sont consacrés au travail, et les après-midi au tourisme régional avec un minibus loué par l'association.

 

 

---

 

 

Le chantier à venir est immense et sera réparti sur une première période de 2001 à 2009. Un travail administratif et technique volumineux a précédé et accompagne les travaux au fil du temps :

Création de l'association,

Recensement et adhésion des membres,

Définition des statuts incluant la jouissance

d'un bail emphythéotique et du droit d'eau,

Préservation du site dans son environnement,

Approche des partenaires et des collectivités territoriales, etc...

 

Définition du projet technique et financier,

Relevés des étiages et des débits annuels toutes saisons pendant plusieurs années,

Etat des lieux des bâtiments, des infra-structures radier et vannages,

Programmation des travaux et contacts

avec les entreprises,

Prévisions d'accompagnement des équipes

de bénévoles, etc...

 

 

Un outil informatique performant

s'avère indispensable à la gestion du projet 

 

       

---

 

 

 

Travaux de gros oeuvre

 

(chantiers Rempart)

 

Les démarches administratives étant préalablement assurées, la restauration commence sous l'œil attentif et les conseils de l'architecte des "Bâtiments de France", car le moulin est situé dans le périmètre protégé du château.

 

Démontage de mécanismes pour consolidation d'un mur extérieur

 

L'ensemble des toitures est mis hors eau, par ouvertures dites à "tailles ouvertes", avec échange de chevrons, de lattis et de tuiles, réfection à neuf d'une noue en zinc et d'une pièce maîtresse de la charpente.    

Les tuiles sont manipulées, triées, reposées avec un remplacement de l'ordre de 35 % par des tuiles de récupération.

 

 

      
Une étudiante au travail  

Démolition d'un ancien bâtiment

annexe

 

 

Dans le même temps, des sanitaires sont construits à l'extérieur.

 

   

 

 

Les nombreuses et fortes infiltrations en sous-sol au niveau des fondations et du radier sont colmatées.

Le contrefort et la base d'un gros mur de soubassement complètement disloqués sont refaits.

Un petit bâtiment annexe en dur, sans utilité, croulant et disgracieux est démoli, remplacé par un abri genre préau, avec piliers et charpente traditionnelle en chêne, couverture en tuiles plates sur voliges. Il enjambe le couloir de fuite où se logera la future roue ainsi que la terrasse qui surplombera le plan d'eau.

 

 

      
Taillage de la charpente   Montage du pignon et de la faîtière

 

 

 

      
Chevronnage et voligeage   Couverture en tuiles de récupération

 

 

 

 

 

 La cour inondable est comblée

  ... et compactée

 

Les joints de pierre sur les murs de la façade et des côtés sont ouverts et regarnis à la chaux teintée.

 

 

 

  

 

Piquage des joints  

Garnissage au mortier Parlumière

 

Le sol de la salle basse complètement défoncé et miné par les infiltrations d'eau doit être stabilisé.

Les poutres de soutien sont en partie remplacées et soutenues par un chevêtre appuyé sur des corbeaux en pierre taillés sur place, scellés dans l'épaisseur du mur.

 

 

       

Etat du sous-sol avant travaux   Ajout de corbeaux de pierre

 

 

 

L'ancien farinier, après remplacement des poutres et réfection à neuf du plancher est isolé et lambrissé sous toiture.

 

        

 

 

Charpente de la pièce    

 

Des escaliers extérieurs en pierre sont construits...

 

 
Garçons et filles y participent    

 

 

 

 

Jeunes et anciens

travaillent ensemble

 

 

... pour la transmission du savoir

 

 

 

Cet ancien local de meunier, appelé "farinier" par sa fonction passée de stockage des sacs de farine, devient une salle d'accueil. Des encadrements muraux retracent les différentes étapes de la restauration.

 

 

   

 Bardage en bois du pignon

du farinier

   Intérieur rénové

 

Les structures du moulin sont maintenant sauvées. Il reprend vie et devient opérationnel pour organiser réunions et rencontres.

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelle vie redonner au moulin ?

 

 

Renouer avec les origines de meunerie

et valoriser le patrimoine hydraulique

 

 

 

 Radier, vannage de régulation,

et bâtiments avant installation de la roue

 

 Arrivée du bief vers le moulin

 

 

2011 (21)  

Vue nord > sud depuis un U.L.M.

Le moulin se situe dans l'axe du bief

au niveau de la haie traversante

en face du village que l'on distingue à droite

 

Bocage du Charolais Brionnais

 

 

 

 

 

 

La première idée est de construire une petite roue "galette" d'environ 50 cm de largeur pour entraîner une paire de meules à farine. Elle nécessiterait le resserrement du couloir de fuite et une modification du vannage.

En parallèle, une turbine et une génératrice sont évoquées en vue d'une production d'électricité.

Un bureau d'étude lyonnais contacté en confirme la faisabilité avec une fourniture possible d'environ 170000 kw/an, mais ses conclusions attirent l'attention sur un investissement lourd et un impact pouvant dénaturer le site et ne plus correspondre aux exigences des Bâtiments de France.

 

Les membres du bureau entreprennent alors plusieurs visites de sites équipés de turbines ou de roues hydrauliques.

 

 

   
  Salle de distribution électrique d'un barrage  

 

 

Au terme des visites, la décision est pratiquement prise d'abandonner la turbine au profit d'une roue avec génératrice. Mais quel genre de roue  ?…

 

 

 

 

 

 

 

 

Modèle de roue retenu

 

Ce sera une roue à palettes

 

 

Au cours de la recherche du modèle, aucun avis n'est semblable et aucun conseil valable ne peut être obtenu, tant sur la conception que sur les dimensions ou le nombre de palettes à mettre en place. 

 

Les techniciens membres du bureau, avec volonté, courage, dévouement et ténacité, réfléchissent en consultant et en continuant à visiter.

 

 

 

 

 

 

Modèles de roues rencontrés  

Le nombre de palettes est trop

important et le type ne peut convenir

 

 

Finalement, l'équipe dessine et dimensionne un croquis de la roue souhaitée, et en constitue l'ossature métallique, la disposition, le profil des palettes ainsi que leur nombre.

L'admission de l'eau se faisant par le côté et en-dessous du niveau de l'axe la classe dans le genre "roue de côté".

 

Le plan papier est traçé, et au cours des différents contacts qui ont suivi on s'entend dire : "Mais… c'est une roue de type ZUPPINGER connue depuis plus de cent ans !… Ses performances sont supérieures aux roues de type SAGEBIEN ou PONCELET".

C'était bien la première fois que nous entendions ces dénominations et personne auparavant n'en parlait ou ne nous mettait sur la piste…

Bien que dispersé, le travail de recherche a quand même été bénéfique.

 

 

 

 

Plan de la roue à mettre en chantier

 

 

 

Le bureau lyonnais ayant fait l'étude pour la turbine est recontacté et indique que la puissance de la roue choisie sera plus limitée. Mais couplée avec une génératrice à aimants permanents comme celle employée par les éoliennes, elle aura l'avantage de pouvoir fonctionner beaucoup plus de temps dans l'année. Son potentiel de production électrique sera à peine inférieur, avec un investissement moindre et sans risque de dénaturer le site.

 

 

La voie est tracée...

 

 

 

 

 

 

 

 

4 30 /06 /juin /2011 23:00

 

 

Fabrication de la roue

 

(chantier Rempart)

 

 

D'importants moyens sont mis en oeuvre

 

 

Le chantier 2010, avec l'aide précieuse des jeunes bénévoles de S.M.B.S./REMPART de Bourgogne, est entièrement consacré à la fabrication de la roue dans les ateliers de ferronnerie et de menuiserie du village, sous la direction de leurs anciens Maîtres artisans retraités.  

 

2 équipes sont constituées :

La 1ère équipe "bois", fait connaissance avec la menuiserie et prend en charge la construction des palettes.

 

2010 agrandie 1 .jpeg         2010 agrandie 4-
 Découverte des lieux    

 

2010 agrandie 3.jpeg        2010 agrandie 2.jpeg
 On s'exerce à la dégauchisseuse  

Fabrication de quelques bancs pour la

salle d'accueil du farinier

 

 

 

La 2è équipe "fer", prend en charge la construction du châssis de la roue, sachant que les grosses pièces ont été préparées à l'avance, et cintrées en établissement spécialisé.

Les jeunes découvrent et font l'apprentissage de certains outils nouveaux pour eux :

Outils Manuels : équerre à chapeau, mètre, pointe à tracer, pointeau, marteau, scie à métaux, burin, lime.

Outils manuels électriques : perceuse magnétique, meuleuse, aléseuse.

Machines outils : cisaille métaux à ruban, fraise, scie, cisaille guillotine à tôle.

Outils à commandes numériques.

Perceuse à colonne et perceuse radiale, cisaille à fer et poinçonnage, perceuse à profiler.

Découpe laser, presse horizontale.

Soudure semi-automatique.

 

Mais aussi pont roulant, chariot élévateur...

 

    
Distribution des vêtements de travail    Perçage magnétique

 

   
    Traçage

 

   

 

Les jeunes, encadrés par les aînés, tracent, poinçonnent, scient, percent, perforent, soudent, utilisent au besoin le marteau.

 

 
Perçage magnétique   Début du montage au sol

 

Chaque pièce usinée est amenée au parterre de montage pour être assemblée, boulonnée, étage par étage, afin de constituer progressivement la carcasse de la roue.       

 

   
Montage du 2è cercle    

 

Joie et bonne humeur caractérisent les comportements au travail.

 

 

   
 Flasque pour fixation des bras  

A la fin du stage "fer" la roue est

montée... temporairement

 

La première phase de construction de la roue est terminée. La seconde consiste à répertorier toutes les pièces pour un démontage total, afin de les transporter dans un atelier de galvanisation.

 

Pendant le temps du traitement, les pièces d'entraînement seront à leur tour façonnées : axe, flasques de fixation des bras, bois des palettes.

 

 

  ---

 

 

 

 

Au terme des chantiers "bois" et "fer" les équipes et les Maîtres se retrouvent dans la cour du château, chez le président, pour un pot d'amitié.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 31 /05 /mai /2011 23:00

  

 

Préparation du couloir de fuite

 

 

Avant l'arrivée de la nouvelle équipe de bénévoles qui viendra en été, les membres de l'association vont s'employer à :  

 

- Faire usiner un axe d'une longueur de 3,65 m, de 240 mm de Ø, capable d'entraîner une génératrice, et une paire de meules en parallèle.  

 

- Aléser l'axe sur ses 2 portées dans un atelier spécialisé.

 

- Acquérir des paliers de 160 et 200 mm de Ø.  

 

- Programmer l'assemblage des pièces détachées de la roue.

 

Et dans le même temps...

 

- Construire :   

Les murs du couloir de passage de l'eau qui ne sont ni à l'aplomb, ni dans l'axe convenable.

 

L'assise qui recevra la roue sur son "berceau".

 

Les coffrages avec le ferraillage nécessaire pour couler des joues latérales qui seront fixées solidement aux murs.

 

Un fort châssis métallique solidaire de la structure qui sera intégré dans les joues.

 

On commence par la maçonnerie :

 

 

 

 

 

Coffrage des joues

fortement ancrées dans les parois

  Calage de l'ensemble

 

 

Le chantier du coulage des joues latérales du couloir de fuite utilisera 12 m³ de béton dosé avec précision afin de résister à la force de l'eau.

Pendant que les coffrages se montent, le radier est entièrement décapé des algues et mousses accumulées au fil des ans, pour être ensuite rejointoyé.

 

 

 

Le voussier demande une attention toute particulière car il doit épouser parfaitement l'arrondi de la roue par le dessous, avec un jeu limité au demi centimètre.

 

        2011 (17)

Préparation sur place

du coffrage du voussier

 

Mise en place par retournement

autour d'un axe métallique

 

 

              

Coffrage en place

 

Calage en force

 

 

Le décoffrage donne satisfaction mais une retouche est pourtant nécessaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise en place de la roue

 

(chantier Rempart)

 

 

 

Les paliers sont boulonnés sur de fortes tiges filetées noyées dans le béton.

 

L'axe pesant environ 1.150 kg est amené sur un chariot par le sous-sol du moulin, à hauteur de l'orifice réalisé dans le mur. Puis à l'aide de palans, il est progressivement avancé et reçoit l'une après l'autre les trois flasques et leurs manchons. Il est ensuite ajusté sur les paliers.

 

 

   
  C'est une opération délicate mais elle se déroule bien  

 

 

        
 Flasques ou naissances des bras    Manchons en sortie d'usinage

 

 

  Montage des flasques sur l'axe

 

 

Les pièces maîtresses sont en place sur les paliers

 

 

Le montage de la roue commence avec la participation active des stagiaires, encadrés par les artisans retraités du village, animateurs techniques et attentionnés.

Les pièces préalablement identifiées sont amenées une par une pour être présentées et fixées. En premier les bras, au nombre de 8 sur chacune des flasques.

  

  

 

Montage des membrures   Boulonnage des bras

   

 

Les 1ère et 2è membrures sont positionnées et l'ouvrage commence à prendre forme.

 

       

 

La taille de la roue se dessine au fur et à mesure. Elle est imposante, avec 6 m de diamètre et 2 m de largeur.

 

 

 

Fixation des supports cintrés   Début de pose des palettes

 

 

Les 96 supports cintrés sont fixés sur les membrures, et le châssis ainsi constitué est prêt à recevoir les 32 palettes en chêne. Leur surface individuelle est de 2 m² 70 et leur largeur varie de 14 à 19 cm, afin d'épouser au mieux le cintrage des supports.

 

                       

  Deux jeunes filles russes au boulonnage   2000 boulons seront nécessaires

      

 

 

 

2011 (9)

 

  

La fixation des palettes représente le travail le plus long. 

 

      

Fixation des toutes dernières palettes   ... avec acrobatie

 

 

Des entretoises de tension, fixées en croix dans le diamètre de la roue et réglables, permettent d'ajuster le parallélisme afin d'éviter tout frottement contre les parois. Le jeu de chaque côté n'est que de quelques millimètres.

 

 

 

 

 

Malgré un poids avoisinant les 7 tonnes, l'équilibre sur l'axe est parfait. Poussée simplement à la main et force d'inertie aidant, la roue fait facilement 3 ou 4 tours. 

 

 

 

Dernière touche du chantier 2011 : installation de la grille

 

 

 

 

Et le moment tant attendu des essais arrive 

 

La première ouverture des vannes de 2 à 3 cm entraîne la roue à 4 ou 5 t/mn. 

 

Enchantement  -  applaudissements    /    Emotion  -  congratulations.

 

L'ouverture suivante à environ 8 cm l'entraine à plus de 13 t/mn, allure qui ne peut être maintenue.

 

Régulée, elle tourne à 4 ou 5 t/mn, qui semble être son rythme de roue libre sans effort.

 

Vidéo de la roue en mouvement 

  lisible avec Adobe Flash Player 

 

Télécharger Flash Player ici >   link

 

 
 

 

   

C'est un moment de liesse générale, et l'évènement est honoré par Madame le Maire qui coupe le ruban.

 

 

 

 

 

Un dîner "grillade" rassemblera tout le monde dans le farinier, et le président remerciera les bénévoles pour leur engagement dans la restauration d'un lieu de mémoire du Charolais.

 

En soirée, les jeunes, satisfaits du travail accompli de leurs mains dans la continuité d'un chantier précédent, savourent leur dernière journée au bord de l'eau. Ils et elles quitteront Lugny le lendemain pour rejoindre la région parisienne, la Bourgogne, la Russie...

 

 

 

 
     

 

 

 

---

 

 

 

 

L'équipe est heureuse d'avoir mené à bien une partie importante du projet. La participation forte des professionnels " bois et fers" habitant le village a été primordiale dans la réussite de l'ouvrage que l'on peut qualifier avec humilité de "chef-d’œuvre".

 

 

En plus de l'attrait qu'elle apporte au moulin, la roue se confirme être une force motrice puissante dès les premiers tests d'entraînement.

 

Pour définir empiriquement une puissance prévisionnelle on installe un volant sur l'axe.
Il est enserré entre deux mâchoires en chêne équipées de solides plaquettes de freins de camion, avec boulonnage fortement dimensionné. De cet ensemble part un fer IPN de 6 m de long, lesté de 450 kg.

Malgré cette forte contrainte il a été impossible de bloquer la rotation de la roue tournant pourtant à la vitesse la plus réduite possible. La puissance potentielle apparaît donc importante.

 

 

   
 

Préparation des mâchoires en chêne

qui seront bloquées sur le volant

 

 

 

 

La roue sera au coeur du projet ludique et économique

mûri par l'association. 

 

 

   

 

 

 

Objectifs pour les années à venir 

 

- Apporter une information culturelle et symbolique "du blé au pain", telle que l'histoire des hommes a vu naître cette activité de transformation, et la partager avec tous les publics intéressés.

 

- Faire aboutir la production d'électricité destinée à être revendue à E.D.F. L'étude engagée prévoit 140 à 150 MWh/an d'origine hydraulique, procédé respectueux de l'environnement (soit une économie de 32 TEP - Tonne Equivalent Pétrole).

Dans ce cadre là, il est difficile de comprendre que le tarif de rachat du courant par E.D.F. soit bien inférieur à celui produit par procédé photovoltaïque !...

 

En attendant, l'adage bien connu nous rappelle "qu'il y a encore du pain sur la planche !"

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Premières fréquentations du site

 

 

 

         Visiteurs locaux

 

Le site attire régulièrement nombre de particuliers amateurs de moulins, et dès l'automne 2011 il accueille 2 groupes. Les premiers...

 

      2011 (55)
Association départementale

des Moulins de France

  Classe de 1ère année de l'Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers de Cluny accompagnée par son professeur P.O. Laffay qui a participé au chantier 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

L'association " Les Amis du Moulin de Lugny" 

adresse ses sincères remerciements

 

 

Aux organismes publics qui instruisent les dossiers et participent financièrement à la réalisation du programme,

 

A la caisse locale du Crédit Agricole Centre Est de Charolles,

 

Aux mécènes particuliers et entreprises qui apportent leur soutien par l'intermédiaire de la Fondation du Patrimoine,

 

Aux artisans du village - enfants et successeurs des Maîtres retraités -, pour la mise à disposition de leurs ateliers bois et fer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6 30 /04 /avril /2011 23:00

 

 

Aménagements intérieurs

 

 

 

Janvier à juillet

 

Au terme d'un hiver rigoureux l'équipe reprend le programme de restauration.

 

L'idée n'est pas de refaire tout à neuf, mais de réhabiliter les structures au plus près de l'état de fonctionnement dans lequel elles se trouvaient avant abandon de la meunerie en 1969. On ne remplace que lorsque nécessité oblige et dans le cadre d'un budget raisonné.

                                                       

L'emplacement de la future génératrice qui viendra se positionner en bout de l'arbre de la roue étant occupé par le socle originel d'entraînement des meules, l'ensemble est déplacé de quelques mètres au niveau du sous-sol et du plancher.

 

 

 

   Démontage du socle originel des meules

et ouverture du plancher

pour construction de l'escalier

 
 

Nouvel emplacement des meules

 

 

Un escalier en bois avec palier intermédiaire est construit dans le volume libéré. Il facilite la communication entre les deux niveaux et permet l'accès direct à la cour.  

La réfection du plancher viendra ultérieurement.

 

   

 

 

Une paire de meules, réservée jusque là dans le sous-sol, est montée jusqu'à l'étage et positionnée sur le nouvel axe de transmission. 

 

 

 

 

 

Montée et mise en place des meules   et réfection des cerclages

 

 

 

   
    Roue en mouvement derrière un des larmiers  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Remise en marche de la meunerie

 

 

Meules, trémies, élévateurs, engrenages, blutage

 

 

Les meules sont "habillées" avec du bois neuf vieilli, et quelques accessoires anciens récupérés viennent compléter la structure.

 

Le sol est garni provisoirement d'une moquette de récupération.

 

 

   

Dans le fond, la cage de blutage

pour le tri de la mouture

 

Le volant métallique sert à régler

l'intervalle entre les meules,

selon le calibre de broyage souhaité 

 

 

 

 

Le jour de la fête d'été au moulin un premier essai de broyage est opéré. Un petit sac de blé a été apporté par les amis suisses du village de Mex, jumelé avec Lugny.

 

 

La 1ère mouture, brute sans tamisage, revêt un caractère particulièrement symbolique et sera conservée précieusement.

 

 

   
    1ère mouture brute 2012    

 

La pesée faite sur la bascule du moulin indiquera un poids de 360 et quelques grammes ! 

 

 

 

 

   
   

Miroir orienté vers le couloir

de la vis sans fin

 

 

Un miroir placé judicieusement permet de voir, depuis le plancher, la vis sans fin entraîner la mouture vers le sas de blutage. 

 

 

 
Certains accessoires tels que courroies, godets élévateurs, poulies, engrenages, ont été gracieusement offerts à l'association...   ... par d'anciens meuniers de la région

 

 

 

   
     

 

 

Descente dans le sous-sol du moulin



   

 

 

Le socle originel d'entraînement des meules ayant été changé de place pour permettre l'installation de la future génératrice, on ajoute en partie sur l'emplacement un nouveau banc de transmission entièrement construit avec des axes, poulies, engrenages, récupérés ici et là.

Il est en lien direct avec la grande roue dentée qui transmet l'énergie hydraulique. Embrayable à volonté, notamment lors de visites du site, il restera au repos lorsque la génératrice produira de l'électricité.

 

 

   
     

 

 

   
 

  Nouveau point d'entraînement

  des meules

 

 

 

   
     

 

 

     
 

  Du temps où les roues d'entraînement

des courroies étaient en bois...

 

 

 

 

 

 

 
 

   Et la roue tourne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fête d'été au moulin

 

 

 

Samedi 11 août

 

 

 

   

Trilogie d'un village français dans la tradition : le château, l'église et le moulin.

 

 

Chaque année l'association organise une fête sur le site, avec visites commentées sur les travaux entrepris, jeux de boules, et repas en soirée. Les convives vont voir pour la première fois le moulin en fonctionnement, et pour un certain nombre d'entre eux - les plus anciens - le revoir comme ils l'ont connu autrefois.

 

 

 

 

 

Une journée ensoleillée couronne les festivités, placées sous la banderole des Moulins de Saône et Loire.
 

 

 

 

Dès le vendredi après-midi les structures d'accueil sont aménagées. Les tables sont installées dans le farinier, dans le moulin à proximité des meules, et sous une grande tente à l'extérieur.

 

Une buvette où flottent le drapeau français, suisse, et européen, est destinée à accueillir les visiteurs au bord de l'eau, à l'ombre des peupliers.

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mise en place des tables dans la

meunerie et dans le farinier.

 

 

 

 

 

 

Les comptes sont tenus méticuleusement

par la trésorière de l'association Joëlle Lamborot

 

 

 

 

Le président Bernard de Grammont avec la délégation suisse

 

 

 

 

 

 

      Un meunier (à droite), ancien professionnel et donateur de matériels.

 

A gauche, le "meunier" de l'association,

ancien professionnel.

 

 

 

 

 

 

 

 

Plancha pour la grillade

du "pavé Charolais"

  Tablée de l'équipe de  service

 

 

 

Les épouses de quelques uns des membres de l'association. Avec d'autres, elles apportent avec bonne humeur leur précieux concours à la mise en place, à la préparation des plats, au service.

 

 

 

---

 

 

 

 

 

Journées du Patrimoine

Journées d'animation nationale  

à laquelle les moulins sont rattachés

 

dimanche 16 septembre

avec

Fête dans le parc du château

et

Visites du moulin

 

 

 

   
 

Site enchanteur, n'est-ce pas ?

Il est accessible à tout public

 

 

 

 

 

 

 

 

...et la roue tourne de plus belle dans la nuit charolaise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Reportage FR 3 Bourgogne

 

 

Octobre

 

Jeudi 4 

 

La télévision régionale est à Lugny

 

 

 

 

Quelques jours auparavant, nous sommes contactés par la chaîne de télévision FRANCE 3 Bourgogne, intéressée par un reportage sur l'histoire des lieux et le projet hydro-électrique en cours.

 

Le président Bernard de Grammont accueille le reporter François Marie Lapchine, ainsi que M. Pierre Chaumont, président de S.M.B.S./REMPART de Dijon sollicité pour la circonstance (Sauvegarde des Monuments et Sites de Bourgogne). C'est l'association qui apporte au moulin l'aide de jeunes bénévoles pour les travaux d'été depuis 2001.

 

 

 

Premiers échanges sur l'organisation du reportage.

 

 

 

 

 

Par un hasard du calendrier, les représentants du SYDESL (Syndicat Départemental d'Energie de Saône & Loire) partenaire du projet de production électrique, avaient programmé une visite des lieux ce jour là.

 

 

 

L'association se fera par ailleurs un plaisir d'accueillir tous les partenaires une fois le projet terminé (prévision un an), ou dans l'intervalle sur toute demande de visite de leur part.

On peut retrouver les logos des partenaires "Entreprises" et "Institutionnels" à la rubrique concernée, située en fin de déroulement des pages du blog.

 

 

 

 

Travail préalable de synthèse sur le terrain, de ce qui sera proposé à l'antenne pendant les 2'1/2 prévues au journal télévisé du dimanche 7 octobre à 19h.

 

 

 

 

Après avoir effectué les repérages extérieurs et intérieurs, le caméraman commence à filmer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les interviews 

 

   

 

Le président retrace l'historique du moulin, évoque ses jeux sur place pendant son enfance, et met l'accent sur l'activité et l'importance de la meunerie à cette époque là.

 

 

 

 

 

Les parties techniques et mécaniques sont traitées par Pierre Chambreuil, (adossé à proximité, "le président est aux anges"...), accompagné de Joseph Bernigaud, 1er adjoint à la mairie et membre de l'association.

 

 

   

 

 

Un apéritif convivial clotûre la matinée dans le "farinier", pièce d'accueil du moulin.

 

 

 

Dans la pièce de réception,

un diaporama de l'ensemble des travaux

entrepris depuis 2001 passe sur écran

 

Au mur : plan d'origine de la roue

A l'écran : sa réalisation

 

 

 

 

 

On échange sur l'espoir d'une bonne fin prochaine des dossiers administratifs, et sur le début d'installation de la génératrice dans la première partie de l'année 2013.

 

 

 

 

 

 

 

   

Photo souvenir du jour avec tous les participants, hormis les photographes

membres de l'association à l'ouvrage derrière les objectifs.

Mme le maire de Lugny et les reporters de FR3 se sont amicalement joints au groupe. 

 

 

---

 

 

 

Diffusion du reportage FR3

 

  FRANCE 3 Bourgogne au JT de 19 heures

  le dimanche 7 octobre

 

 

   Pour regarder le reportage :

 

      

.  Allumer le son de votre ordinateur

 

.  Lancer la vidéo avec clic droit sur l'écran TV ci-dessous

 

.  Sélectionner < lire > 

                 (Arrêt automatique en fin de lecture)

 

---

 

Video lisible avec Adobe Flash Player 

  Télécharger Flash Player ici : link

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Visite de l'ENSAM de Cluny

 

Ecole Normale Supérieure des Arts et Métiers

 

 

Octobre

 

Jeudi 18 et vendredi 19

 

Deux classes visitent le moulin.

 

 

 

 

Le jeudi, la 1ère classe "filière énergie"est accompagnée de 2 maîtres de conférences dont M. Benard.

 

Le vendredi, après la visite des ateliers du village dans lesquels ont été fabriqués les éléments "bois" et "fers" de la roue, les élèves du second groupe découvrent à leur tour les lieux, sous la conduite de Pierre Olivier Laffay leur professeur.

Les élèves sont natifs de tous les horizons de France.

 

 

 

 
 

Quelques membres de l'association les accompagnent en apportant les commentaires utiles et en répondant aux questions, tant sur l'architecture que sur la mécanique et le projet "Energie hydro-électrique".

 

 

 

 

 

 

 

 

Les étudiants feront partie des futurs ingénieurs de la Nation, formés aux dernières technologies, bien loin de la simplicité mécanique d'un moulin d'origine.

Il est toutefois bon de mettre l'accent, au cours de la conversation, sur le fait que la première source d'énergie de l'humanité est passée par la roue d'un moulin...

 

 

 

 

 

 

 

Après le pique-nique pris sur place, ils repartiront en car vers Cluny.

 

 

Lien vers ENSAM

 

 

 

 

 

6 01 /01 /janvier /2011 00:00

 
 

 

Rénovation des murs intérieurs et du plancher

 

 

Janvier

 

Le mois est porteur de bonne nouvelle avec confirmation de l'aide importante apportée par le conseil régional de Bourgogne. Elle vient s'ajouter à celle du conseil général de Saône & Loire, ainsi qu'à celle des différents partenaires du projet.

 

Voir "Donateurs et Partenaires" sur la page d'accueil en bas des pages chrono-logiques.

 

Le financement global est désormais bouclé, et les travaux peuvent reprendre avec force et vigueur.

 

 
     

Nettoyage de la charpente avec un appareil haute pression eau froide. Le bois et les toiles d'araignée n'en reviennent pas !... depuis le temps séculaire passé au sec...

 

 
     

 

 

     
     

Le crépi du pignon nord est dégarni, les pierres brossées, leurs joints refaits, et on commence l'enduit des murs avec de la chaux teintée.

 

      
     

L'installation électrique a été mise aux normes, et le tableau central se positionne à proximité directe de l'endroit où se situera l'armoire de la génératrice.  

Des projecteurs sont installés et mettent en valeur les différents points d'architecture.

 

     
     

Les solives et lattes renouvelées dans le passé sont teintées afin de s'intégrer au mieux à la charpente d'origine. 

 

 

 

 

 

A l'extérieur, l'hiver continue son emprise de froid et de glace. La roue est naturellement au repos.

   

 

 

 

A l'intérieur, on s'affaire à la restauration murale.

 

 

Réfection des jambages de la porte de communication avec le farinier 

  Mise en place d'un chevêtre

 

   
Réfection des joints des pierres encadrant la porte d'entrée  

Enduit des murs avec projection de mortier Parlumière, et suivi à la truelle pour reproduire la patine du temps

 

 

 

 

Mars 

 

En début de mois, la commande de la génératrice est finalisée auprès de la société ALLYTECH de Saint Genis Laval dans le Rhône > http://www.allytech.fr/

 

 

 

 

 

--- 

 

 

Les enduits terminés, l'équipe "s'attèle" au démontage du plancher, qui sera refait à neuf en peuplier. Les arbres ont été coupés en 2011 sur la propriété, débités en planches remisées en attente.

 

 

 

 

   
     

 

 

 

 

La porte de communication entre la meunerie et le farinier est refaite en chêne vieilli.

Les lames du plancher qui ont été rainurées sont stockées dans le farinier une quinzaine de jours avant la pose, de telle sorte que l'hygrométrie ambiante les imprègne progressivement.

 

 

   
     

 

Au sous-sol, on prépare la fondation du socle qui recevra la génératrice dont la livraison est prévue début juin.

 

 

      
   

 

 

Contrôle des mesures pour le couplage de la génératrice

 

 

Au niveau de la meunerie, la pose du plancher avance sans difficulté notoire. Les bras à la tâche sont nombreux et quelques demi-journées suffiront pour le terminer.

 

   

Début de pose "à l'ancienne"

 

Les lames larges resteront brutes de sciage 

 

 

   
Raccordement entre le farinier et la meunerie  

Deux lucarnes vitrées ouvertes sur le

pourtour et le haut du capot des meules

permet de les voir tourner

 

 

 

 

La potence de relevage des meules sera fixée ultérieurement à sa nouvelle place.

 

 

   
 

Un pavé en verre épais de 4 cm est logé dans le plancher, et permettra

de voir la génératrice en fonctionnement depuis le niveau supérieur

 

 

 

 

   

Remplacement des soies

 

 

 

 

Des panneaux vitrés

seront positionnés

devant la bluterie.

Tamisage de la mouture en 3 étapes :

1/ la farine : sur 2m avec soie de 100 microns 

2/ les semoules : sur 1,4m soie de 70 microns 

3/ le son : sortie par l'axe en fin de bluterie

 

 

 

 

   
Au sous-sol, à l'extrémité du banc de transmission, création d'un volant avec enrouleur de corde, pour transfert des sacs entre le sous-sol et le niveau meunerie   Système de montage des sacs. Embrayage de la courroie avec bras articulé

 

 

 

 

   
     

 

Avril

 

Le 24 du mois, un soleil printanier éclaire l'intérieur du moulin d'une chaude lumière. Un chantier important se termine - du moins pour sa plus grosse part - et une étrange sensation de vide ou de manque se manifeste imperceptiblement, comme après l'atteinte d'un objectif poursuivi de longue haleine.

 

Simple temps mort qui sera vite comblé. Il y a encore du pain sur la planche : finitions murales, bois des portes, rembarde de protection de l'escalier et sous le auvent extérieur, reprises de peintures et de teintes, structure de protection de la roue, suivi de l'installation de la génératrice au cours de l'été...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rétrospective 

 

 

 

   
 

La meunerie

  Travaux réalisés en 2012 et en 2013

 

 

 

   

 

 

SDC11427

 La roue

  Travaux réalisés en 2010 et en 2011

 

 

 

Le farinier

Travaux réalisés en 2009

 

 

 

... et antérieurement sur le gros oeuvre bâti

Travaux réalisés de 2001 à 2008

 

 

   

---

 

 

Pour couronner les travaux, un membre de l'association, - ébéniste de son état -, réalise avec brio une maquette au 1/20è, qui sera disposée sur le parcours de visite.

 

La visite étant gratuite, une fente située sous l'auvent permet au visiteur de contribuer à sa manière, - et s'il le souhaite -, à la réhabilitation du site en glissant une pièce ou un billet. La roue se met alors à tourner pendant quelques instants.

 

 

      
     

 

 

 

 

Quelques mots sur le métier de meunier d'après guerre 

 

Dans son moulin et à l'aide du monte-sacs, le meunier réceptionnait la récolte de blé de l'agriculteur et en faisait la pesée avec la bascule typique des moulins. Il plongeait ensuite la main dans le grain et évaluait à l'oeil le pourcentage de mauvais (ramielles, graines noires, vesces, pois sauvages) qui pouvait représenter 2 ou 3% du total, voire plus. Il faut savoir que jusqu'aux années 1970 il n'existait pas de traitement phytosanitaire sur les céréales. Elles arrivaient donc quasiment brutes de moisson et les mauvaises graines devaient être ensuite éliminées par un trieur mécanique, qui naturellement n'existe plus aujourd'hui.

Pour un poids brut de 100kg il ne restait que 97kg de blé à moudre et le meunier rendait 70% de ce poids en farine. Il fallait en outre compter 3% de perte sur les sons, due à l'échauffement et l'évaporation provoquée par le frottement des meules.

La mouture était ensuite transportée par élévateur et vis sans fin jusqu'à la bluterie. La farine boulangère passant au travers de tamis en nylon de 100 microns était récupérée dans les 2 premières trémies. Les semoules tamisées à 70 microns venant dans les 2 suivantes, repassaient ensuite à la meule une deuxième et troisième fois.

Le grain de blé est une matière vivante et pour que la pâte à pain puisse lever, le grain doit être écrasé progressivement. Le premier passage produit généralement 40% de farine, le deuxième 20% et le troisième environ 10%. Les sons ou issues étaient éliminées en bout de bluterie et récupérés en sacs.

 

Et pour conclure, une courte anecdote... qui en dit long :

 

Le meunier d'un village voisin de Lugny, de son prénom Lazare, reçu un jour la visite de son ami Claude, qui lui demanda :

" Dis-moi, Lazare, est-ce vrai ce que l'on raconte, que tous les meuniers sont un peu voleurs ?"...*

et Lazare de lui répondre :

" Oui, mon ami Claude, c'est bien un peu vrai, mais sais-tu... tous les voleurs ne sont pas meuniers" !...

 

 

* En effet, certains meuniers, - dont la vue était peut-être un peu basse -, prenaient souvent en compte la pesée de la bascule à leur avantage !...

 

Propos transmis par "notre" ancien meunier membre de l'association. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20 ans du jumelage avec Mex

 

Village suisse situé dans le canton de Vaud

 

 

 

5 mai 

 

A l'occasion des 20 ans du jumelage de Lugny avec le village suisse de Mex, un tulipier de Virginie est planté dans le pré jouxtant le moulin en présence des représentants de la commune amie, tambours en tête avec le syndic (dénomination du maire en Suisse). Mme le maire de Lugny est également présente.

 

 

   

 

 

 

 

 

      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passage sous l'Arconce

 

 

 

Mai 

 

La ligne électrique qui acheminera le courant produit jusqu'au réseau EDF doit être réalisée préalablement à l'installation de la génératrice. Comme le moulin est situé dans le périmètre protégé du château, la ligne ne peut être aérienne. Elle est donc enterrée et se raccorde au transformateur situé dans le bourg du village.

Le tracé retenu emprunte le pré de la Serve, passe sous le lit de la rivière, ressort de l'autre côté, et aboutit au local technique sanitaire proche des bâtiments du moulin.

Les travaux d'enfouissement du cable commencent à partir du transformateur.  

 

Quelques génisses charollaises, curieuses par nature, viennent voir de près ce qui se passe. Quelle animation dans le secteur !... leur quotidien en est tout retourné...

 

 

   

 

15 mai 

 

Une société spécialisée dans les passages souterrains de gaines et de câbles entreprend le franchissement de la rivière. Technique spectaculaire !

 

Forage à l'aide d'une tête en forme d'ogive guidée par ordinateur, rotative, garnie de dents et percée de trous pour passage d'eau sous pression. Cette dernière est envoyée depuis la machine à l'intérieur des tuyaux creux. L'ogive comprime la terre au fur et à mesure de son passage "à la manière d'une taupe qui creuse sa galerie".

L'avancée se fait en poussée depuis la machine avec aboutage et vissage automatique des longueurs de tuyaux. Les changements de direction et de profondeur sont obtenus par pression et refoulement d'eau avec utilisation de la terre déplacée dans tel ou tel sens, servant ainsi d'appui pour diriger le forage.

 

 

     
     

 

 

 

Le forage plonge au départ à environ 6m de profond pour passer entre 2 et 4m sous la rivière et ressortir progressivement de l'autre côté.

 

 

     

Arrivée de l'ogive à environ une

trentaine de mètres dans le pré en face

 

Pénétration du fourreau par traction

depuis la machine

 

Un fourreau en fort matériau plastique, d'une seule longueur reconstituée sur environ 50m et relativement souple, a été préparé dans le pré de sortie. L'ogive vient se fixer à l'intérieur, et l'ensemble est alors ramené vers la machine par traction, au rythme du dévissage automatique des tuyaux métalliques à l'autre extrémité. "On dirait un gros serpent qui rentre en terre".

 

L'opération est plutôt rapide, au total l'aller et le retour auront duré à peine 2h.

Deux longueurs sont laissées apparentes de part et d'autre. Elles seront ultérieurement enfouies au niveau du cable électrique.

 

 

     
   

Boitiers d'arrivée du cable au local

technique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visite des écoles

de Lugny et de Saint Julien de Civry

 

 

31 mai

 

Une centaine d'élèves est prévue, à répartir en trois groupes qui arriveront à intervalles au cours de la matinée. Le moulin est mis en marche et les enfants assistent en direct à la fabrication de farine. Les meules en mouvement, visibles au travers d'un quart de lune en verre épais, alimentent les questions. L'ancien meunier, membre de l'association, prend plaisir à commenter les "voyages" du blé et de la mouture.

 

 

     

 

     
     

 

Un petit atelier dégustation a été dressé à proximité de la sortie de farine, et les enfants s'en réjouissent. Leur curiosité est satisfaite, et ils comprennent mieux, désormais, le cheminement du blé au pain.

 

Le projet pédagogique de l'association commence à porter ses fruits.

 

   
     

Au terme de la visite un goûter est offert grâce au concours d'un partenaire, et les enfants déjeunent en fin de matinée dans le farinier, sous la surveillance de leurs institutrices.

 

 

 

 

 

 

 

 

Passage d'un groupe de seniors

 

 

 

5 Juin 

 

 

     
     

 

De tous les visiteurs déjà venus au moulin, des plus jeunes aux plus anciens, l'intérêt manifesté est toujours grand.

C'est l'occasion pour les aînés de revivre des moments forts du passé. Rares sont celles et ceux qui n'ont pas un souvenir de circonstance. 

 

 

     
     

 

 

     
     

 

 

 

Après la visite et au bord de l'eau, 

Bourgogne Aligoté et fromage de chèvre charolais, apportés par le groupe,

sous un des premiers et rares soleils du printemps 2013.

 

Elle est pas belle la vie ?...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Installation 1ère génératrice prototype

 

 

 

 

 

Juillet

 

Le matériel est déchargé dans la cour du moulin. Les membres de l'association prêtent main-forte aux collaborateurs de la société ALLYTECH fournisseur, pour acheminer les différentes pièces sur leurs lieux d'installation.

 

   
     

La génératrice est enfin là !... et regardée avec intérêt. Depuis le temps que l'on en parle. Elle porte les espoirs de bien des années de réflexion et de travail.

 

     
     

 

     

  Descente de la génératrice

dans le sous-sol

 

La résistance de décharge et l'armoire

de commandes sont montées au

niveau de la meunerie

 

 

 

     

Couronnes pour le couplage

avec la roue dentée 

 

Présentation des couronnes sur l'axe

 

 

  Positionnement de la génératrice sur son socle

 

 

 

     

Fin de pose après réglage de l'alignement des axes entre la génératrice et la roue à palettes

 

Vue depuis le hublot situé au niveau de la meunerie

 

 

 

  Réglage des vannes automatiques

régulant le débit d'arrivée d'eau sur la roue

 

 

 

L'armoire générale de programmation et la résistance de décharge sont logées au niveau de la meunerie. En cas de mise en sécurité automatique la résistance absorbe le courant produit jusqu'à l'arrêt complet de la roue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Armoire des commandes générales

et résistance de décharge d'électricité

 

   
     

 

La programmation informatique de l'armoire demande un long travail de réglages. Les mécanismes doivent gérer en permanence l'optimisation des performances : ouverture ou fermeture automatique et progressive des vannes modulant le débit d'eau sur la roue, en relation avec la meilleure puissance fournie en kilowatts, tout en tenant compte du débit de la rivière.

 

Pour accéder au site de l'installateur  http://www.allytech.fr/

 

 

 

Rémi, le programmeur de la société Allytech

 

 

 

Un boitier visible par tout public est fixé sur un mur extérieur. Il affichera en temps réel la puissance instantanée, l’énergie produite et la quantité de CO² évitée.

 

     
     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Protection de la roue et sécurisation

 

 

 

Août

 

Début août, en attente du passage du CONSUEL (COmité National pour la Sécurité des Usagers de l'ELectricité), et du raccordement au réseau EDF qui suivra, on installe une protection sécurisant l'approche de la roue. L'architecte des Bâtiments de France a été sollicité pour l'agrément de la structure.

 

L'ensemble est en chêne, abattu il y a plusieurs décennies sur la propriété du château, séché à l'abri, débité et travaillé dans l'atelier d'ébénisterie du village. Un partenaire a offert  les sept panneaux en verre épais de 2 cm. L'un d'eux, dont le cadre est ouvrant, permet d'accéder au périmètre intérieur pour l'entretien.

 

La fête au moulin ayant lieu le 10, une certaine fébrilité se fait sentir mais sans inquiétude. Tout sera prêt en temps et en heure.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

Le lendemain, on pose une rembarde neuve en bordure de la descente d'escalier,  au niveau de la meunerie. 

 

 

 

 

Sous l'auvent extérieur, à proximité directe de la roue, l'accès aux mécanismes automatiques de régulation d'eau est mis hors danger par une passerelle métallique grillée et un garde-corps.

 

     

 

 

 

 

 

 

 

 

L'approche de la roue est maintenant sécurisée. Toutefois, l'association rappelle que le site du moulin est privé, et que toutes les visites ou circulations aussi bien intérieures qu'extérieures se font sous l'entière responsabilité des visiteurs, même s'ils sont accompagnés par un membre de l'association.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fête au moulin 

 

 

10 août

 

Les années précédentes les tables pour le repas étaient installées dans les deux salles intérieures, et dehors sous une grande tente. Cette année, l'association opte pour la location d'un chapiteau double, libérant ainsi le moulin pour laisser toute la place aux visiteurs. L'unité de lieu favorisera en outre une ambiance plus chaleureuse.

 

Le cadre étant prêt pour recevoir les nombreux convives, les premiers arrivants vers 15h participeront aux jeux de boules et de cartes.

   

Au cours de l'après midi les visites du moulin sont commentées, plus particulièrement par notre ami ancien meunier professionnel.

 

     

 

A partir de 19h, les cuisiniers mettent progressivement en chauffe la plancha pour le pavé charollais, pièce maîtresse du menu.

 

     

 

 

   

 

 

Fidèles au poste, les épouses des membres de l'association ont rejoint l'équipe pour la mise en place des couverts, la préparation des plats et le service du soir.

 

Quatre jeunes garçons et filles du village viennent renforcer les rangs avec enthousiasme et efficacité. Nous ne pouvons que nous réjouir de leur motivation en espérant leur concours dans la durée, tant il est compliqué aujourd'hui dans le monde associatif de "transmettre le flambeau" aux jeunes générations. C'est un bon début !.  A suivre...

 

Le dîner au bord de l'eau se déroulera au mieux et à la satisfaction générale des convives. En final, après l'allocution et les remerciements par le président B. de Grammont, la soirée et le Travail se clôtureront vers minuit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prix du Patrimoine région Bourgogne

 

 

 

Septembre 

 

Le 18, les essais électriques ayant débuté depuis quelques jours, les premiers kilowatts produits commencent à s'afficher et sont renvoyés sur le réseau E.D.F. Toutefois, le mois n'étant statistiquement pas un mois de gros débit d'eau, la production restera modeste pour l'instant. En outre, les réglages d'optimisation ne sont pas encore terminés.

 

 

 

Mais le 18 septembre est un jour particulier car l'association reçoit la visite du jury du " PRIX REGIONAL DU PATRIMOINE 2013 " pour lequel elle a été pré-sélectionnée. 

 

Les finitions principales des travaux ont été terminées dernièrement et l'ensemble est désormais en place. 

 

 

     

 

 

On complète la présentation avec les 3 éléments : "le blé, la farine, le pain", suite symbolique qui depuis la nuit des temps a nourri les hommes, en passant par le travail d'un moulin.

Quelques sachets échantillons de farine fraichement moulue sont disposés entre le panier d'épis, la panière de farine équivalente d'un pain, et la miche du boulanger cuite le matin même au feu de bois.

 

 

 

 

 

Dans l'avenir, les sachets échantillons pourraient être proposés aux visiteurs. 

 

   

 

 

 

 

 

 

Après le café d'accueil offerts aux membres du jury, ils parcourent par petits groupes l'ensemble des pièces en restant discrets sur leur ressenti.

 

Les résultats du "Prix Régional du Patrimoine 2013" seront connus ultérieurement.

 

 

 

 

 

Octobre

 

Un courrier du Conseil Régional nous apprend que le dossier ne fera malheureusement pas partie des 4 finalistes gagnants, malgré la qualité reconnue du thème présenté. Il arrivera en 5è position !.

 

 

numérisation0005

 

 

 

Emoticône triste

 

Après un moment de déception bien naturelle, - lorsque l'on s'engage dans un concours c'est avec l'espoir de bien se placer, ajouté à une présélection qui ne fait que l'accroître -,  la sagesse reprend le dessus : modestes dans la réussite et humbles dans le cas inverse. Voilà notre crédo, et l'essentiel était de participer avec la belle motivation qui a animé toute l'équipe. Nous nous réjouissons pour le vainqueur et reprenons la suite des activités.

 

Pour des retraités actifs il faut toujours avoir du grain à moudre, et nous savons qu'en la matière il y a encore du pain sur la planche !...

 

 

 

 

 

Fin octobre

 

Les réglages des automatismes du système de production électrique se précisent, et le comptage extérieur affiche une puissance instantanée produite variant entre 20 et 25 KWh selon le débit de la rivière.

C'est une bonne nouvelle ! mais une première saison d'exploitation sera au minimum nécessaire pour venir confirmer les prévisions...  

 

 

 

 

 

 

Fin novembre  

 

Un disfonctionnement apparaît sur la génératrice et le fournisseur va devoir reconsidérer le modèle "prototype".

L'année semble finir moins bien qu'elle n'aura commencé. 

 

 

 

Emoticône triste

 

 

 

 

 

3 01 /12 /décembre /2010 00:00

 

 

 

Four à pain

 

 

Janvier

 

Au cours d'un hiver pluvieux, pendant lequel l'Arconce débite d'importants volumes d'eau, la production électrique reste perturbée par les déboires issus de la panne de la génératrice, tout prototype ayant toujours "des plâtres à essuyer". Le fournisseur va tout faire pour solutionner le problème.

De son côté, l'équipe poursuit ses activités. Un nouveau projet est né, qui s'inscrit dans la suite du projet initial : après le blé, la mouture et la farine, on pense naturellement au pain... et au four à pain... à construire.

 

Une visite "d'instruction" organisée chez une connaissance de la région permet de fixer les idées. On nous réserve le meilleur accueil accompagné d'une dégustation de pain cuit au feu de bois dans le four Maison. Quel souvenir d'excellence ! Et l'on revient gonflés à bloc avec conseils et plans transmis par nôtre hôte du jour, remercié chaleureusement.

 

 

 

 

 

 

 

 

Février

 

L'emplacement du four à construire est tracé dans le sous-sol du farinier. On se met alors en recherche de briquettes d'occasion, à récupérer sur une ancienne structure de campagne. Les budgets sont toujours tendus et la quête de matériaux au moindre coût est permanente.

Nous trouvons réponse à quelques kilomètres de Lugny, dans des bâtiments laissés à l'abandon et dont le propriétaire nous est connu. Par contre, le vieux four en ruines ne laisse pas présager d'une belle "récolte".

 

 

 
     

 

   

 Les pierres en arrondi pourront servir

toutefois pour le four du moulin

 

La bonne humeur et la conviction à l'ouvrage

restent de mise 

 

 

       

 Il s'avère que la voute en mauvais état

ne pourra satisfaire au besoin et on ne

récupérera que les meilleures briquettes

 

Une prise de mesure du diamètre se

révèlera utile pour comparer avec 

celui du four à construire

 

Les briquettes récupérables sont ensuite ramenées et stockées au moulin. Elles sont insuffisantes en nombre et probablement en qualité. Mais le hasard, faisant bien les choses, un partenaire de la région nous vient alors en aide en offrant la quantité nécessaire de briquettes réfractaires. Elles sont très anciennes mais en parfait état. On les utilisait alors dans les fours de cuisson de grès et poteries.

 

Briquettes 15 cm

 

 

 

Fin avril / début mai

 

Après une étude rondement menée, un gros mur de soutènement du moulin est percé. Le conduit normalisé d'évacuation des fumées empruntera ce passage. 

Les fondations sont creusées, coulées, et la pose des premiers moëllons commence à donner forme à l'ouvrage.

 

 

 
     

 

 
     

 

Dans le même temps, l'accès au sous-sol par l'extérieur est sécurisé par un large portail ajouré, en lattes en chêne. Le nouvel espace désormais disponible recevra, outre le four à pain, le stock de bois à brûler ainsi que les matériels jusqu'alors entreposés à proximité des mécanismes du moulin. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Création d'un herbier aquatique

 

Avant projet

 

 

Pendant que se poursuit la construction du four, un 2è projet voit le jour :  

Afin de rendre la visite du site encore plus attrayante, notamment pour les enfants, on étudie la création en aval immédiat de l'auvent d'un petit bassin d'environ 20 m² entre les deux piles de l'ancien couloir de fuite. Ce serait une vitrine pédagogique d'éducation à la flore aquatique locale, panneau explicatif à l'appui.

 

Une maquette d'herbier est présentée avec jonc, roseau des marais, roseau à massettes, iris jaune et violet, nymphéa... 

 

 

 
         AVANT                             APRES

 

 

Les plants à prévoir poussant à des niveaux d'eau différents on modulera la profondeur d'immersion en emboitant des blocs de conduits de cheminée prémoulés en ciment, offerts par un partenaire de la région.

 

  Croquis     Plantation

 

 

 

 

 

 

 

 

Fin mai

 

Les nouvelles se précisent quant à la remise en place de la génératrice réparée. Elle devrait fonctionner pour les Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins les 14 et 15 juin.

Un matériel neuf, de conception différente, interchangé par la Maison Allytech et théoriquement plus performant, la remplacera en automne. Dans l'intervalle elle ne fournira qu'une production électrique restreinte.

 

En attendant, la construction du four à pain se poursuit et la hotte métallique d'évacuation des fumées est usinée dans les ateliers de ferronnerie du village.

 

Hormis les moëllons réservés à la carcasse du four, on utilise essentiellement des pierres de récupération pour les murs et parements.

 

 

   

 

   

 

 

 

 

 

 

 

Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins

 

 

Juin

 

Samedi 14 et dimanche 15

 

 

 

JPPM

 

 

 

 

Au cours des 2 journées le moulin reçoit environ 700 personnes. Les membres de l'association s'emploient à l'accueil et aux commentaires à chaque point particulier de la visite. Le moulin tourne et on fabrique de la farine à titre démonstratif, en même temps que la génératrice produit du courant électrique.

 

 

 

 

 

 

Le beau temps de la journée est propice au canotage sur le bief... 3 à 4 km de parcours pour les amateurs.

 

A la fin du parcours de visite, un atelier d'ensachage "à la chaîne" a été dressé dans le farinier. Le public, tout en consultant les tableaux de photographies des travaux, assiste ou participe à l'animation. C'est un excellent trait d'union et un moment d'échanges en direct.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les sachets "échantillon souvenir", remplis avec la farine fraîchement moulue sont proposés aux visiteurs. Elle est issue de blé moissonné sur des terres à Lugny et offert par un adhérent de l'association.

 

 
     

 

 

 

 

 

 

 

 

Curage du bief et enrochement des berges

 

 

 

18 juin

 

Poursuite des travaux programmés à l'extérieur : curage du bief, enrochement des berges, amenée des cables d'automatisation vers les vannes.

 

 

Evacuation de la vase par les vannes

côté Ouest du bief...

 

...et remontée sur les berges

côté Est 

 

 

Reprofilage de la digue aval

et des berges

 

Nettoyage de l'emplacement du futur

herbier aquatique 

 

 
Enrochement  

Perspective aval après enrochement

et réenherbage de la digue 

 

 

Pendant que le bief est vide, - les deux opérations ayant été programmées conjointement -, on enterre au pied du radier une gaine largement dimensionnée. Elle conduit des cables électriques depuis l'armoire de la génératrice jusqu'aux vannes intermédiaires en vue d'automatiser leur ouverture / fermeture selon le débit de la rivière.

 

   

 

En fin de chantier, une grille est posée afin de protéger les vannes des bois de flottaison que le courant déplace en toutes saisons.

 

 

 

A l'intérieur du moulin, on installe la base du conduit d'évacuation des fumées du four à pain. Raccordement du futur tuyau en acier inoxydable diamètre 30 cm, isolé selon sécurité normalisée.

 

 

Au sous-sol un évier en pierre taillée est fixé dans un angle d'entrée. Don d'un tailleur de pierre de la région, ami des Amis... Nous avons désormais à portée de main une eau de source de bonne qualité captée dans le voisinage amont. Il y en avait tant alentour, et pas le moindre filet à l'intérieur. Un comble enfin comblé !...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rénovation sous-sol du farinier

 

(chantier Rempart)

 

 

Août

 

L'association fait appel à REMPART BOURGOGNE http://www.rempart.com/asso-rempart-bourgogne pour un chantier d'été du 1er au 15 août.

 

Le thème : participer activement à la construction d'un four à pain dans le sous-sol du moulin, ainsi qu'à la réfection des joints de pierres sur les murs voisins.

 

5 jeunes bénévoles de 20 à 25 ans nous rejoignent : une française, une espagnole, une italienne, un guinéen et un kosovar, sous la conduite d'une animatrice de vie sociale, originaire de la région charolaise.

 

Leur réception a lieu le vendredi 31 en soirée autour d'un pot d'accueil dans la cour du château, proche de leur lieu d'hébergement dans une des dépendances. Une cuisine est mise à leur disposition, là où ils et elles prépareront eux-mêmes leurs repas.

 

Le chantier commence dès le lendemain matin.

 

 

A partir du 1er 

 

Au programme :

Dégarnir et re-jointoyer à l'ancienne les pierres des murs du sous-sol au mortier teinté Parelumière, et participer à la construction du four à pain.

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le même temps le four commence à prendre forme. Le travail avance dans le bon sens et les résultats sont déjà perceptibles.

 

 

   

 

 

 

Mardi 4

 

Les 2 postes de travail "murs et four" avancent non seulement vite mais bien !

L'équipe des jeunes commence à être soudée et forme une unité de travail efficace sous l'oeil et les conseils bienveillants des maîtres d'apprentissage.

 

     

Les joints dégarnis de la veille

 sont remplis au mortier Parelumière

  Et un rang de plus pour le four !

 

 

Jeudi 7

 

Le rythme est toujours soutenu...mais sans précipitation. Les jeunes bénévoles de REMPART apportent chaque jour un travail de plus en plus "pro". Le chantier avance et le sous-sol du moulin commence à prendre de l'allure.

 

Qui pourrait dire qu'un mur de séparation, - dont l'ossature a été préalablement construite par l'association pour préparer le chantier -, se trouverait parfaitement intégré aux vieilles pierres séculaires voisines, qu'un four à pain sortirait de terre comme s'il avait toujours été là, les deux mettant en valeur le travail des jeunes stagiaires.

 

 

 

 

 

   

 

 

Côté four à pain, on arrive au dôme final. L'intérieur est rempli de sable et le sommet est arrondi à l'aide d'un gabarit tournant. Pour continuer la pose des briquettes afin de fermer le tout, une voûte temporaire en plâtre et sable légèrement humidifiés est moulée sur le dôme. Après séchage, il suffira de retirer le sable intérieur par la gueule du four.

Le même principe du remplissage et du vidage était utilisé par les Bâtisseurs à une autre échelle et en d'autres époques, notamment pour les édifices religieux.

 

 

 

 

 

   

Présentation de la sonde de température offerte par un sympathisant à gauche sur l'image

 

 

 

 

 

 

 

Fête au moulin

 

 

 

Août

 

Samedi 9

 

Fête traditionnelle au moulin : à partir de 15h jeux de pétanque, de cartes et visites guidées de la meunerie.

 

 

Le chapiteau habituel a été dressé

dans la cour, au bord de l'eau

 

Quelques amis suisses de Mex ont fait

spécialement le déplacement

 

 

 

 

Un visiteur, de sa propre initiative, joue quelques airs d'accordéon "Ambiance au bord de l'eau" pendant quelques minutes, et puis repart

 

Entre deux commentaires de visites,

le vice-président prend l'air au balcon

 

   
 

Un "croqueur", ainsi qu'il se dénomme lui-même, effectue un relevé depuis l'extrémité de la digue

 

 

En soirée : repas sous chapiteau au bord... et sous l'eau !...

L'arrivée d'un gros orage au moment où il n'aurait pas fallu a perturbé quelque peu la cuisine et le service. La bonne humeur des nombreux convives aurait pu être égratignée mais chacun a compris notre désarroi. Le soleil avait pourtant été commandé... il n'a pas été livré !... Dommage pour cette fois-ci. La soirée s'est tout de même bien terminée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Création du logo de l'association

 

 

 

Pour développer la communication par l'image, un membre actif crée un logo qui symbolise le présent du moulin associé à son futur et à la mémoire de son passé.

 

Il s'inscrit dans un contour qui rappelle l'architecture des édifices romans du Charolais/Brionnais. L'imagination aidant... on distingue l'esquisse d'un porche dont la voûte serait formée par le texte "Les Amis du Moulin", reposant de part et d'autre sur deux jambages verticaux virtuels, le tout prenant appui sur un parvis horizontal figuré par "LUGNY LES CHAROLLES", situant le lieu d'activité du moulin.

 

Logo avec cadre blanc 8 x 8

 

A l'intérieur le premier cercle clair symbolise la roue à aubes, mais aussi le grand volant du sous-sol avec ses dents en bois, les engrenages du banc de transmission, et les divers mécanismes d'entraînements. Le décrochement intérieur de chacune des aubes met l'accent sur le principe des aimants permanents de la génératrice. On associe la force de la roue à la technologie moderne de fabrication d'électricité telle qu'elle est utilisée pour les éoliennes.

 

En allant vers le centre le cercle foncé et large représente l'espace entre les aimants et le système interne de production électrique ; puis les deux cercles plus étroits l'un foncé et l'autre clair : les deux meules de pierre, et le pavé clair central : l'axe général de fonctionnement, transmetteur d'énergie depuis la roue jusqu'à la génératrice.

 

Logo avec cadre blanc 8 x 8

 

Au centre 3 épis de blé ou plutôt 1 + 2, prédominant l'éclair. Le plus grand épi traduit l'âme première de la vie du moulin et son passé historique : moudre le blé. Les deux plus petits  évoquent ses dérivés : la farine et le pain.

Chaque épi comporte 12 grains. C'est un nombre symbolique aussi bien dans le temps (les 12 heures de la journée), que dans les mesures (la douzaine d'oeufs), ou dans les grandes religions (les 12 pains de la Cène pour le Christianisme), etc... sans développer plus loin. Laisser vagabonder l'esprit est le propre des symboles... 

 

L'éclair informe de l'activité hydroélectrique. Il est sous-dimensionné par rapport aux épis de blé, alors que la production va représenter un tout autre futur économique. Mais un éclair de taille dominante aurait pu être perçu comme agressif et évoquer un danger, comme par ex. sur la porte d'un transformateur. Ce qui ne correspondrait pas à l'image de marque de l'association qui s'emploie à accueillir au mieux les visiteurs.  

 

En bas pour terminer les trois vagues ondulantes figurent l'Arconce, source d'entraînement de la roue à aubes.  

 

 

 

Et pour la fête d'été on s'équipe de T-shirts au logo de REMPART Mission Patrimoine...

 

     

 

... ainsi que de tabliers de service personnalisés.

 

 

PS K885 TABLIER+LOGO CREM copie   Logo avec cadre blanc 8 x 8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Création d'un herbier aquatique

 

La structure

 

Août

 

Lundi 11 et mardi 12

 

Le chantier principal "REMPART" s'étant terminé avec la finition des joints des murs, le temps disponible restant est aménagé afin de permettre aux stagiaires d'assister au marché au cadran de Saint Christophe en Brionnais (marché hebdomadaire aux bovins charolais d'ampleur nationale et internationale).

 

Dans l'intervalle, ils apportent leur aide à l'avancement de l'herbier en cours de création en garnissant de terre les boisseaux qui recevront les variétés aquatiques.

 

 

 

 

 

 

Jeudi 14

 

Pour marquer la fin du chantier un pot de départ est organisé dans le farinier.

A tour de rôle, les stagiaires livrent leur ressenti personnel sur les 15 jours passés à Lugny, sur ce qu'ils ont pu apprendre au travail et sur les découvertes de pays : Cluny, Bibracte, Basilique de Paray le Monial, Saint Christophe...

(Les emplois du temps journaliers s'arrêtant vers 15 h, les après-midi sont consacrés au tourisme avec le mini-bus mis à leur disposition sous la conduite de leur animatrice). 

 

 

 

 

En fin de repas, l'association remercie chaleureusement les jeunes bénévoles pour la qualité du travail fourni, et dès le lendemain, chacun-e- reprendra le train pour rejoindre son pays, sa région, sa famille. 

 

 

L'équipe 2014 avec au centre l'animatrice originaire du Charolais.

Les jeunes sont issus de France, du Kosovo, d'Italie, d'Espagne, de Guinée.

 

 

 

 

 

 

 

Automatisation des vannes

Renforcement des radiers

 

 

 

 

Septembre

 

Le programme d'automatisation des 3 grandes vannes de régulation de la rivière se met en place. Crémaillères et moteurs sont installés sur la structure d'origine. 2 vannes fonctionneront ensemble, et la 3è restera indépendante. Le tout sera piloté par l'armoire centrale. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fuite importante s'étant révélée au cours de l'été à la base du mur proche des vannages, il y a urgence à consolider. Après ouverture et dégagement de l'empierrement miné un coffrage est installé.

 

 

 

 

 

 

8 m3 de béton précontraint sont nécessaires, et l'éloignement du chantier réclame un matériel approprié afin d'enjamber le bief jusqu'au point d'utilisation.

 

 

 

 

 

 

     

 

Les consolidations se poursuivent sur les 2 radiers de sécurité en amont, et les piles sont renforcées.

 

 

 

 

 

La plateforme ainsi formée deviendra sûrement un point de pêche très prisé !...

 

 

 

 

 

 

 

Journées européennes du patrimoine

 

 

Septembre

 

20 et 21

Journées Patrimoine (1b)

 

Le millésime se révèlera excellent en fréquentation : entre 300 et 400 personnes, dont la majorité le dimanche, viendront profiter des visites et des animations.

 

 

   

 

   

 

   

 

   

 

   

 

C'était également le jour de la fête au pays organisée comme chaque année dans le parc du château, et une calèche assurait des navettes jusqu'au moulin.

 

En agrandissant ci-dessous la photo de droite et en approchant le regard, on perçoit celui de la jument. Droit dans l'objectif. Sympathique participation de sa part à la réussite du cliché !.

 

   

 

Belle fin de journée au coucher du soleil au bord de l'eau.

 

 

 

 

 

 

Octobre

 

Dès le début du mois et avant la mauvaise saison, on s'organise pour finir les travaux extérieurs :

. Parement mural sous la protection vitrée de la roue.

. Finition temporaire de l'herbier aquatique.

 

   

 

A l'intérieur et à l'abri, on pose le conduit en inox et normalisé pour l'évacuation des fumées du four à pain.

 

     

 

 

 

 

 

 

 

 

Herbier aquatique

 

Finition

 

 

Avant de partir à la "cueillette" des variétés indigènes du secteur, l'espace où elles seront implantées est nettoyé puis mis en eau graduellement.

 

   

 

 

Un repérage des lieux de prélèvements ayant été fait au préalable avec autorisations des propriétaires riverains, l'"expédition" se met en route dans un rayon de quelques kilomètres autour de Lugny. Les alentours sont riches en mares et étangs, et les berges de l'Arconce fourniront le complément.

 

 

 

 

Joncs, roseaux massettes et nénuphars sont tirés des bords d'un étang voisin.

 

   

 

 

 

 

 

De retour au moulin, les plants sont répartis dans les boisseaux et le niveau d'eau remonté progressivement. Le comportement des feuilles de nénuphars est à surveiller car une flottaison trop haute pourrait soulever les racines fraîchement enterrées.

Le faible courant d'eau capté dans le bief amont pour alimenter le bassin devrait maintenir une eau propre en permanence.

 

 

   

 

 

Pour l'instant, seules sont en place les quelques variétés rustiques récupérées aux alentours : iris, nénuphars, roseaux massettes, jonc d'étang. La période hivernale à venir permettra de tester l'ensemble du bassin en cas d'inondation et de gel prononcé.

Au début de l'été 2015, d'autres variétés viendront compléter le panel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Finition four à pain

 

 

 

Fin octobre

 

Après une courte période de répit, la finition du four à pain revient d'actualité.

La clé de voûte est posée, les bords sont rehaussés de deux rangs de moëllons, et une épaisse couche de chamotte offerte par une entreprise partenaire, vient ceinturer et recouvrir l'ensemble (chamotte = argile cuite broyée isolante).

Le sable est ensuite retiré de l'intérieur, ainsi que la croûte de plâtre qui a soutenu le dôme de briquettes pendant le temps de séchage.

 

 

 

 

La première observation révèle un montage tout à fait satisfaisant : l'ensemble a bonne allure. Après piquetage et brossage du ciment des joints, on pourra craquer une allumette sous un fagot de bois afin de tester l'évacuation des fumées dans un 1er temps.

 

L'impatience grandit, on a hâte de voir !...

 

 

 

 

La porte du four est authentique et a été offerte par un visiteur occasionnel.

 

 

Novembre

 

Lundi 3

 

Réunion de toute l'équipe accompagnée des épouses. C'est la journée crêpes, salées et sucrées, préparées avec la farine Maison. Ce moment de convivialité marque la fin des gros travaux extérieurs.

C'est aussi l'occasion tant attendue de faire un début de flambée dans le four.

 

 

 

 

L'atmosphère est légèrement enfumée car le "rodage à l'allumage" n'est pas encore au point. Un matériel plancha, pour pavés charolais entre autres, fabriqué récemment par un membre de l'association, vient compléter l'équipement destiné aux moments chaleureux. Pour la journée en cours, on se régale des excellentes crêpes que les épouses ont préparées.

 

 

 

 

 

L'après midi se concluera par quelques parties de manille et de belote enjouées, accompagnées de discussions autour de la table.

 

 

 

 

 

 

Crue "centenaire"

 

 

 

Novembre

 

Mardi 4

 

A 24 heures près, la journée crêpes était compromise.

Une surprise de taille vient bouleverser le paysage. Après de violentes pluies au cours de la nuit précédente, une crue que l'on peut qualifier de centenaire s'installe. Niveau de débordement jamais atteint, tout du moins en l'état de connaissance des anciens de l'association.

Le pic de pointe se révèlera à 3.38m, hauteur entre le fond du bief devant le radier et 1,02m au-dessus du plan de celui-ci. Une belle goutte d'eau dans toute la vallée !.

 

   

 

   

 

   

 

La roue ayant été submergée jusqu'à son axe au cours de la nuit, la production électrique s'est arrêtée automatiquement. L'eau est montée à 1,18 m dans le sous-sol mais on ne relève pas dégâts particuliers.

 

Vendredi 7

 

Dès le début de la décrue, une équipe procède au nettoyage. Les dépôts de vase sont encore humides et s'enlèvent facilement avec un appareil haute pression.

 

Samedi 8

 

Un groupe de visiteurs vient visiter le moulin. Seule, l'humidité atmosphérique ambiante rappelle que 48h auparavant le sous-sol était sous l'eau.

 

Dimanche 9

 

La génératrice est remise en fonctionnement.  

 

Mercredi 12

 

Il se passe toujours quelque chose au moulin !...

 

Après la crue, les troncs charriés et bloqués devant les vannes sont retirés de l'eau. Heureusement l'association bénéficie, de par ses adhérents, des matériels adéquats : 2 tracteurs viennent faciliter la traction et la sortie des arbres qui sont ensuite tronçonnés et chargés.

 

 

   

 

 

Une étrange découverte laisse à penser que l'Arconce est pleine de surprises et que l'on ne sait pas tout !... Gag !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Installation 2è génératrice

 

 

 

Le problème rencontré dans le fonctionnement de la 1ère génératrice "prototype" est solutionné par le fournisseur qui en assure le remplacement, en y apportant les améliorations nécessaires.

 

 

Novembre

 

Mercredi  12

 

Après les émotions apportées par la crue, nous nous réjouissons donc de l'arrivée de la 2è génératrice.

En dépit des délais plusieurs fois reportés et qui créaient un souci bien légitime à l'association, la société ALLYTECH livre le matériel. Chaque cas de figure étant pratiquement unique et le fabricant résidant hors de France, il fallait étudier et adapter la machine au besoin particulier du moulin. C'est le problème rencontré avec tous les prototypes à mettre au point au coup par coup.

 

Le nouveau modèle est de même conception technique mais physiquement différent. Au lieu d'être accouplé directement en bout d'arbre, il est positionné au-dessus du multiplicateur et entraîné par une courroie crantée.

La puissance maximale devrait être de l'ordre de 30 kW à env. 1700 tours/mn, bien que son potentiel soit de 35 kW. La machine a été volontairement surdimensionnée et la plage de fonctionnement réduite, pour une meilleure sécurité prenant en compte la capacité de la roue et l'interaction avec le variateur de l'armoire. Par ailleurs, l'abonnement choisi auprès d'EDF est plafonné à 36 kW de puissance instantanée.  

 

Il était temps, la saison des hautes eaux s'annonce et le chiffre d'affaires escompté par la revente d'électricité à EDF ne souffre plus d'attendre.

 

 

 

 

L'installation et les réglages devraient être terminés dans les tout prochains jours.

Le suspens est à son comble !...

 

Jeudi 13

 

Les techniciens terminent l'installation et la production d'électricité est relancée.

 

 

 

 

 

 

Une singularité à signaler sur la photo ci-dessus à gauche. On y voit deux volants proches l'un de l'autre. Ils témoignent de deux époques qui se complètent harmonieusement.

 

L'un, statique à l'extrémité de son axe vertical, date du moulin d'origine et sert encore aujourd'hui au réglage des meules. C'est le témoin du passé avec l'activité de meunerie.

L'autre, continuellement en mouvement à l'extrémité de son axe horizontal, est d'installation toute récente. Il est entrainé par la roue et entraîne à son tour la génératrice par courroie de transmission. C'est le témoin du présent et du futur avec l'activité hydroélectrique.

 

Sur la poutre située en bordure gauche de l'image, un repère marqué "2014" en vert indique le niveau d'eau atteint par la grande crue au cours de la nuit du 4 novembre dernier.

 

 

 

Pour accéder au site de l'installateur   http://www.allytech.fr/ 

 

 

 

 

Jeudi 20

 

Une nouvelle crue, habituelle pour la saison mais plus modeste que celle d'il y a 15 jours, a recouvert l'herbier. Pas de dégât, hormis un peu de vase résiduelle sur les feuilles de nénuphars. Son "baptême du feu" - en l'occurence à l'eau - s'est bien passé au cours des deux séquences. 

Dans le bas du moulin, cette fois-ci non inondé, une équipe s'emploie à faire du rangement.

Côté four à pain, les joints des briquettes sont lissés au ciment réfractaire. Pas facile à faire, couché sur le dos, truelle en main. Claustrophobe s'abstenir !.

 

En extérieur, sur l'herbier, la pose de la dernière palette en travers du passage d'eau va permettre de remonter le niveau à sa cote maxi. Elle recouvrira désormais tous les boisseaux de quelques centimètres. 

 

2014 11 20 (30)   2014 11 20 (31)

 

 

 

Vendredi 28

 

Une "expédition" est organisée dans une forêt alentour afin de rapporter des fagots de "corde" pour la prochaine chauffe du four. Un matériel adéquat, que l'on ne voit d'ailleurs plus guère en usage, est employé pour serrer les brassées de bois avant de les ficeler et les couper de longueur.

 

   

 

 

 

 

 

Samedi 29

 

La production électrique est pratiquement linéaire depuis mi-novembre avec 23 à 26 KW de puissance instantanée.

Un écran de contrôle (copie écran en bas de page) est désormais accessible par internet par les membres de l'association.

Il permet de consulter en temps réel la production instantanée, l'énergie globale accumulée, le niveau d'eau au radier, la vitesse de rotation de la roue, celle de la génératrice, les éventuels défauts de fonctionnement et l'endroit où ils apparaîtraient, la hauteur d'ouverture de la vanne ouvrière alimentant la roue, et enfin la hauteur d'ouverture des vannes intermédiaires régulant le débit de la rivière.

 

 

 

 

 

2 31 /08 /août /2010 23:00

 

 

Finition intérieure du farinier

 

 

 

Entre janvier et mars

 

Le coeur toujours à l'ouvrage, l'équipe met au programme la rénovation de deux murs intérieurs du farinier.

Au début de la consolidation du gros oeuvre il y a une dizaine d'années, les joints des pierres avaient été faits avec du ciment gris, sans rechercher forcément l'esthétique. Le mur mitoyen d'avec la meunerie avait, quant à lui, été restauré plus tardivement avec du mortier Parelumière restituant un aspect plus ancien.

 

Dans la même pièce, le rendu visuel de l'ensemble n'était pas très harmonieux, et l'orientation vers plus de tradition en matière d'architecture nécessitait une meilleure conclusion. Elle apportera en outre une clarté supplémentaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

---

 

 

 

Sitôt fini... sitôt repris... le Travail nous appelle !.

 

Peinture de la rembarde de protection de l'herbier, ainsi que celle de la passerelle qui enjambe le bief au-dessus du radier, du côté opposé que l'on ne voit pas ci-dessous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inauguration de la microcentrale

hydroélectrique

 

 

 

Avril

 

Vendredi 17

 

 

 

   

 

 

 

Tous les partenaires ayant concouru à la réalisation du projet hydro-électrique ont été conviés à cette journée d'exception.

L'association, ses président et vice-président ainsi que le maire de Lugny-lès -Charolles, accueillent  le sous-préfet de Charolles, le vice-président de la région Bourgogne, celui du département de Saône & Loire, le président du Syndicat d'électrification du secteur, le président de Rempart Bourgogne, le représentant du comité de jumelage de Mex en Suisse, le patron de la société Allytech fournisseur de la génératrice, tous les partenaires et amis du projet.

 

 

 

   

 

 

   

 

 

   

 

   

 

   

 

   

 

 

Les intervenants successifs félicitent "Les Amis du Moulin", et encouragent la réalisation - ici et ailleurs - de projets sinon similaires, tout du moins dans le même esprit apportant animation et vie au coeur des villages.

 

En final, un groupe de choristes "Maison" entonne une chanson originale dont la composition émane du vice-président de l'association. Le texte fait la synthèse des quatorze années de travaux.

 

 

   

 

 

 

       
   

 

L'AMBASSADE DU CHAROLAIS

 

apporte son concours à la réussite du vin d'honneur servi sous un chapiteau au bord de l'eau. Un grand merci !

La viande cuite à la plancha et distribuée en bouchées apéritives a été approvisionnée dans une boucherie artisanale de Charolles, naturellement !...

   

 

 

 

---

 

 

 

En soirée

 

Un repas frugal et enjoué clôture la journée dans la salle de réception située dans les communs du château. Mise à disposition et inaugurée pour la circonstance par le propriétaire, président de l'association, elle accueille les membres actifs et leurs conjointes, les amis(ies) suisses, et quelques partenaires et facilitateurs locaux du projet.

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

   

 

 

En toile de fond, - c'est le cas de le dire -, on aperçoit sur la console un tableau qui figure un château - celui de Lugny -, une église et quelques maisons - le bourg de l'époque -, aperçus depuis un pré attenant à une rivière - l'Arconce -, pré à proximité sud du moulin selon la perspective apparente.

 

 

 

 

 

 

 

Mais c'est un hasard qui a permis de trouver le tableau, rare témoin du passé architectural des lieux, tels qu'on pouvait les voir au début du XIXè depuis le moulin.

 

Bernard de Grammont en retrace l'anecdote :

 

" Dans les années 1985, un matin à Paris en visitant la salle des ventes de Drouot, je suis attiré par un tableau qui me rappelle quelque chose…

Un moment après je réalise qu’il s’agit d’une représentation du château de Lugny vu depuis le moulin de la commune.

Bien entendu, je reviens au cours de l’après midi dans le but de l’acquérir. Ce fût chose faite pour environ 10.000 F. de l'époque contre un marchand qui pensait, - disait-il -, qu’il s’agissait d’un paysage suisse. En effet, l’auteur présumé serait originaire de ce pays.

Compte tenu de la présence sur le tableau de la maison de 1803 abritant l’amie du dernier Levis (ancienne école libre) et de l’absence du presbytère de l’église construit vers 1808 on peut donc dater ce tableau aux environs de 1805.

Cette toile a par ailleurs été peinte avec des perspectives modifiées pour l’harmonie de la composition.

 

Le tableau présente plusieurs points d'intérêts, entre autres :

 

. Présence de l’ancienne église édifiée alors à la place du cimetière actuel.

. L’enduit des murs du château construit une vingtaine d’années auparavant est blanc donc fait avec une chaux « de luxe ». Cela pouvait être fait également avec un mélange de chaux et de blanc d’œuf. Méthode dispendieuse s’il en est. J’ignore si la chaux aérienne existait déjà ?

. Présence d’une vigne à l’emplacement du parc actuel qui a été réalisé vers 1880.

. Dans le pré un char à barreaux comme dans ma jeunesse est tiré par des bœufs de l’ancienne race bicolore du pays.

. Un pont traverse la rivière afin d’accéder directement au moulin.

 

Dans l’axe du château à la place de la nouvelle Eglise, les Levis, précédents propriétaires, prévoyaient une suite de miroirs d’eau qui se termineraient à la place du parking actuel. Projet qui n’a jamais été réalisé."

 

---

 

 

La toile trouvée fortuitement, de surcroît par le propriétaire du château, cent quatre vingt ans après avoir été peinte par un artiste vraisemblablement suisse prenant comme modèle le paysage typique de Lugny, coïncidant avec l'intérêt que nos voisins et amis de Mex apportent toujours à la région, anime le présent en le rapprochant du passé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rassemblement de voitures anciennes

 

 

 

Mai

 

Dimanche 31

 

Un groupe de passionnés de voitures anciennes, venant du département voisin de l'Allier, passe visiter le site. Les discussions vont bon train autour des modèles restaurés qui nous ont plongés dans un passé automobile presque lointain.

Le président souhaite la bienvenue au groupe, et au terme de la visite le cordon coloré de ces modèles d'autrefois prend la route du retour.

 

 

   
         
     
         
   
         

   
         
   
         
   
         
   
         

 

 

 

La "traction avant" et la "deudeuche"

continuent de porter leurs légendes respectives...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Journée du Patrimoine de Pays et des Moulins

 

 

 

 

Juin

 

Samedi 20 et dimanche 21

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

Le millésime 2015 porte l'intérêt habituel à la découverte des travaux réalisés. Les visites sont nombreuses mais cette fois-ci plus étalées dans la journée et par petits groupes.

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Restauration façade ouest

 

 

Juin

 

Jeudi 25

 

Comme l'on ne sait pas rester sans rien faire, et que le pan ouest des murs du moulin est dégradé alors qu'il est visible en permanence par les visiteurs, on entreprend la réfection des joints des pierres. Le budget n'est pas conséquent et ne nécessite que du mortier Parelumière et de la main d'oeuvre... laquelle ne demande qu'à être occupée.

 

 

         

 

 

 

   

 

Après trois matinées d'ouvrage dans les règles de l'art, entrecoupées du casse-croûte rituel de 10h, cette partie du bâtiment reprend fière allure.

 

 

 

 

Fin du jointoyage avec remplacement du " S " de renfort du mur,

brossage des mousses du toit et démontage de l'échafaudage.

Les potences qui supportent les "tasses" en porcelaine sur lesquelles

se fixaient les fils électriques sont restaurées et conservées comme traces authentiques du passé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Visite virtuelle

 

 

 

Une photographe professionnelle, habitante d'un village voisin, réalise gracieusement une visite à 360° du moulin.

 

Pour la visite virtuelle cliquer  http://lesamisdumoulin.photografik360.fr/

 

 

Recommandation pour une meilleure lecture :

A l'ouverture du 1er panorama, et ensuite sur celle de chacun des lieux dont l'accès est matérialisé par un soleil, arrêter en premier l'autorotation afin de laisser les images se charger et devenir nettes en plein écran.

 

Pour arrêter l'autorotation 

Cliquer sur l'icône à droite de la main située dans la fenêtre en bas de l'écran.

 

Pour reprendre la visite 

Ccliquer à nouveau sur la même icône.

 

 

Pour se déplacer dans l'espace du sol au plafond

Utiliser les flèches voisines haut/bas et droite/gauche afin de découvrir le moulin ou le redécouvrir sous des angles inhabituels.

 

 

 

Pour visiter le site de la photographe cliquer  http://www.photografik.fr/

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Finition herbier aquatique

 

 

 

Juillet 

 

Jeudi 2 

 

Abattage et évacuation d'un frêne sur la digue aval. Une fois encore l'association bénéficie du matériel de l'un de ses membres pour évacuer le tronc, débité au fur et à mesure de sa sortie de l'eau.

 

 

 

 

 

 

Vendredi 3

  

R éagencement de l'herbier aquatique avec des espèces complémentaires.

 

Un déplacement a été organisé la veille chez un fournisseur de l'Ain afin d'approvisionner d'autres variétés que celles récupérées en mai 2014 dans les plans d'eau alentour.

 

Le bassin a été vidé, nettoyé des boues laissées par la grande inondation de novembre 2014, et les espèces d'origines moins locales sont replantées. La mise en eau se fait progressivement alors que les fleurs de nénuphars commencent déjà à pointer. 

  

  

 

   

 

 

 

 

Mercredi 15

 

Installation de bacs en ciment gravillonné sur faces, destinés à recevoir des spécimens d'autres variétés de bords d'étangs de la région : phragmite, genêt, fougère, lierre.

Il faudra démonter et remonter la rembarde de protection pour descendre les bacs à l'aide d'un palan.

 

 

 

 

 

   

 

 

   

 

 

La "cueillette" est un moment privilégié, tôt le matin, en pleine nature.

 

 

 

 

 

Le lendemain : implantation dans les bacs en bordure d'herbier.

 

 

 

 

 

Sous le auvent en surplomb du bassin, un tableau pédagogique présente l'herbier avec le nom latin et le nom commun de chaque variété ainsi que la nature et la période de sa floraison.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Fête annuelle

 

 

 

Août

 

Samedi 8

 

Cette fois-ci sans risque de pluie, 2014 ayant laissé des souvenirs humides !...

En complément du chapiteau qui s'installera le lendemain, une grande tente est montée à proximité afin de recevoir l'espace pour le bar ainsi que la cuisine, cette dernière ayant été installée jusqu'alors dans le sous-sol du moulin.

 

 

 

 

 

 

   

 

 

Deux nouvelles pièces décoratives ont trouvé place à l'intérieur et à l'extérieur du moulin : un épierreur, appareil servant à débarrasser le blé des pierres qu'il peut contenir (fonctionnement par gravité et force centrifuge), ainsi qu'une pompe ancienne de ville (non raccordée sur un réseau d'eau).

 

 

 

 

 

Au cours de la fête, les visiteurs sont nombreux à suivre les explications fournies par les guides de l'association, et à parcourir les différentes salles du moulin en fonctionnement.

La journée se termine comme à l'accoutumée dans la bonne humeur et la convivialité autour d'un repas sous un chapiteau bien rempli. Menu autour du pavé Charolais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Journées du patrimoine

 

 

 

Septembre

 

Samedi 19 et dimanche 20

 

 

 

   

 

 

 

 

 

L'estimation du nombre de visiteurs sur les deux jours est de l'ordre de 250 à 300 personnes, par vagues successives qui s'échelonneront entre 14h et 18h 30.

 

 

 


 

   

 

 

 

 

 

Une voiture à chevaux fait la navette entre la cour du moulin et le château. Comme chaque année, la fête du village se déroule dans le parc et un grand nombre de convives s'y retrouve au cours de deux soirées animées, dîner charolais de rigueur.

 

 

   

 

 

 

Le désormais traditionnel atelier d'ensachage est toujours très prisé pour les sachets  de farine "Maison", souvenir proposé en fin de visite.

 

 

   

 

 

---

 

 

A l'extérieur,

Les plants de l'herbier aquatique ont atteint la taille adulte et les nénuphars ont repris une floraison de quatre pousses. Plutôt rare pour la saison.

 

 

 

 

 

Après une longue période de sécheresse pendant laquelle des lentilles d'eau avaient colonisé le bief, des précipations abondantes ont fait remonter le niveau de l'Arconce et la production d'électricité avait pu reprendre.

C'était la première fois que l'on voyait une telle période d'étiage.

Des séquences de 25 KW en puissance instantanée ont été enregistrées, mais de courtes durées.

 

 

 

 

 

 

---

 

 

 

 

DES BERGES DE L'ARCONCE NAIT L'INSPIRATION...

 

 

Au cours de la semaine ayant précédé la fête, un trio artistique amateur féminin est venu fixer sur la toile quelques points caractéristiques des lieux. Ce qui témoigne de la détente et du bien-être que chacun(e) peut venir retirer librement de l'endroit.

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Reportage TF 1

 

 

 

Octobre

 

Vendredi 9

 

 

 

à paraître au

JT de 13h

 

 

Le premier rendez-vous du mardi 6, pluvieux, a été reporté au vendredi 9 sur les recommandations de la rédaction du journal, la meilleure météo possible étant requise pour filmer en extérieur.

Le vendredi vers 10h 30 le soleil est présent et la matinée s'annonce radieuse. Les membres de l'association accueillent les représentants de la société missionnée par TF1.

Les présentations étant faites, le caméraman commence le repérage des lieux, et l'intervieweur rassemble les intervenants qui s'exprimeront à l'antenne afin de présenter les étapes clés autour de la production hydroélectrique, thème central du reportage.

 

 

 

   

 

 

   

 

 

Les textes sont abordés préalablement pendant quelques minutes et après synthèse, l'intervieweur pose des questions pertinentes sur l'association, le projet de départ, la réalisation de la roue, le matériel de production électrique, la technicité, les capacités de production.
 

M. Dominique Van Straaten dirigeant de la société Allytech http://www.allytech.fr

fournisseur installateur invité à participer au reportage, apporte des précisions quant au potentiel hydroélectrique français :

Sur le territoire national on recense environ 50 à 60000 sites, toutes tailles confondues, et qui, s'ils étaient tous équipés - certains l'étant déjà -, présenteraient une production potentielle de l'ordre de 2,8 TétraKWh, soit l'équivalent de deux tranches de centrales nucléaires.

 

 

 

   

 

 

   

 

Le président Bernard de Grammont rappelle l'historique du lieu et tous les souvenirs d'enfance qui s'y rattachent, ainsi que l'importance alors attribuée à la production de farine dans un village de campagne comme Lugny-lès-Charolles.

 

 

En fin de matinée, tous les participants(tes) se retrouvent autour d'un verre, au bord de l'eau, naturellement !.

 

 

   

 

 

 

Le jour de diffusion au JT de 13h n'est pas connu, peut-être avant fin octobre, et la durée en sera certainement très courte.

 

Un petit air de Charolais Brionnais

planera alors sur l'ensemble du territoire !.  

 

 

 

 

 

Vendredi 23

 

Le passage à l'antenne au JT de 13h a eu lieu jeudi 22.

 

Passage furtif en duo avec un autre autre moulin de Bourgogne, les deux reportages ayant été mélangés. Dommage ! De nombreuses prises de vues et des interviews plus complètes sur le fonctionnement, l'hydroélectricité et la diversification énergétique, auraient pu intéresser les téléspectateurs mais n'ont pas été présentées... C'est ainsi.

 

 

Pour accéder au reportage en "REPLAY" :

 

1/ Brancher le son de votre ordinateur.

2/ Cliquer sur le lien ci-dessous en bas du texte.

3/ Pour accéder au reportage, positionner dans la barre graduée du bas le pointeur de temps sur 19:12 et cliquer 1 fois.

 

4/ En fin de reportage arrêter la vidéo pour couper le son en cliquant sur la double barre verticale située à gauche dans le bandeau noir en bas de l'image, à la place de la flèche, et revenir sur l'onglet du moulin.

 

Cliquer sur le lien ci-dessous pour accéder au reportage TF1

 

http://lci.tf1.fr/jt-13h/videos/2015/le-13-heures-du-22-octobre-2015-8671600.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ateliers pédagogiques des écoles

 

Fabrication de pain

 

 

 

Novembre

 

Mardi 4

 

 

POINT D'ORGUE 2015

SUR LE THEME "DU BLE AU PAIN"

 

 

. LE MOULIN EN FONCTIONNEMENT avec fabrication de farine.

 

. ATELIERS PEDAGOGIQUES autour des céréales.

 

. ATELIER PETRISSAGE où l'on retrousse ses manches.

 

. ATELIER CUISSON DE PAIN pour la 1ère fois dans l'histoire du moulin.

 

 

 

 

75 enfants des écoles de Lugny et de St Julien de Civry, un village voisin, accompagnés de leurs institutrices, sont accueillis pour une matinée toute particulière.

L'animation s'inscrit dans le cadre pédagogique voulu par "Les Amis du Moulin" à l'intention des jeunes générations : le "Savoir Faire" autour du pain, aliment symbolique.

 

 

Les enfants sont répartis en plusieurs groupes qui se déplacent dans les divers ateliers.

 

 

   

 

Atelier 1 : D'où vient la force qui fait tourner les meules ?.

Atelier 2 : La meunerie avec pour débuter l'écrasement du blé,

puis le blutage et la mise en sacs.

 

 

 

   

 

Atelier 3 : affichage dans le farinier des variétés de céréales

avec noms, origines et utilisations.

Commentaires apportés par les institutrices et un ancien instituteur du pays.

 

 

 

   

Les outils d'antan qui servaient à la moisson.

 

Atelier 4 : Le pétrissage au sous-sol, près du four à pain.

 Chaque enfant dispose d'un bol de farine et d'un verre d'eau, prêts à servir.

 

 

 

   

 

D'anciens boulangers, sont venus avec leurs matériels,

et participent avec enthousiasme aux travaux du jour.

 

 

   

 

Et chacun y va de bon coeur, explications données par les professionnels de

la "boulange", et les membres de l'association.

 

 

   

 

 

 

   

 

Atelier 5 : Cuisson au four à bois.

 

1ère fournée "historique" de 30 à 40 petits pains !.

Le meunier et le boulanger, anciens professionnels, se serrent la main et restent complices de l'agriculteur qui sème et récolte. Par ce geste ils font le lien "du blé au pain", tel que l'association s'en était fixé l'objectif. 

 

On fera 2 fournées de telle sorte que chaque enfant puisse emporter un petit pain chez lui.

 

 

   

 

 

Sortie du four des premiers petits pains pétris et cuits au moulin

pour la première fois de son histoire depuis le XIè siècle.

 

 

 

 

       

 

 

 

 

 

 

 

Décembre

 

Après le nettoyage des salles et de tous les conduits et sas où la farine a circulé, le moulin est mis au repos.

Seul le bruit de rotation de la génératrice occupe désormais les lieux. La rivière quant à elle coule tranquillement, hélas pour la période, avec un débit inférieur à l'accoutumée et les kilowatts ne se bousculent pas au compteur...

 

Dame Nature est seule maîtresse en matière de chute d'eau !...

 

 

6 31 /07 /juillet /2010 23:00

 

 

Retour au calme

 

 

Janvier

 

La saison des pluies ayant repris, la génératrice tourne à bon régime à env. 1750 tr/mn alors que la roue est à 8 tr. La production enregistre des pointes de 28 KWh.

A distance, la société Allytech http://www.allytech.fr/ poursuit l'optimisation informatique des systèmes, en lien avec l'association.

 

 

 

Février

 

Mardi 9

 

Réunion de l'équipe pour faire le point sur le programme à venir.

L'inaction pèse mais nous nous doutions qu'un jour ou l'autre le rythme ralentirait... un peu !.

On envisage l'élagage des peupliers dont les branches mortes présentent un risque de chute dans la cour et sur l'espace enherbé, lieux de stationnements des visiteurs.

 

 

 

Jeudi 11

 

Le gel n'est pas encore venu perturber la régularité de la production et l'on s'en réjouit. La pluie tombe régulièrement en grande quantité et provoque les débordements saisonniers habituels.

 

En aval le niveau d'eau remonte jusqu'à la roue, quelques fois trop haut ce qui freine la rotation et la production électrique !.  Mais les temps d'arrêts se bornent à plus ou moins 48 heures.

 

Difficile d'être satisfaits !... Bien que n'ayant d'autre choix que de subir la meteo, nous ne perdons pas de vue que la période de novembre à mars est celle qui assure la majeure partie du prévisionnel économique de l'année. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chantier élagage

 

 

Mars

 

Mardi 15 

  

Les affaires reprennent !...

 

L'élagage programmé en février s'effectue avec un matériel adéquat prêté par un partenaire local. En une journée, le paysage change d'allure avec un environnement de proximité plus net et une sécurité améliorée. 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
   

A l'ouvrage dans la cîme des arbres :

L'élagueur du jour, nouveau membre ayant intégré récemment l'association, et le pilote

de la nacelle, fils du vice-président.

 

 

 

 

 

L'occasion est unique. Il faut en profiter en prenant de la hauteur !. C'est la seule fois où le moulin sera visible depuis le faîte des arbres.

Du haut de la nacelle le paysage de proximité apparait naturellement bien différent.

 

 

 

 

 

 

 

En vallée voisine, au-delà de l'environnement direct du moulin et de l'Arconce, le bocage du Pays Charolais / Brionnais s'ouvre sur le paysage caractéristique qui en fait tout le charme.

 

 

   

 

 

Le Pays est par ailleurs candidat au Patrimoine Mondial de l'Unesco.

Pour consulter le dossier  http://www.charolais-brionnais.fr/unesco.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réfection des joints sur les pignons sud

 

 

 

Avril

 

Lundi 25

 

La montée de sève du printemps, sur les hommes comme dans la nature, se manifeste par un besoin d'activité, c'est bien connu.

 

Le chantier de réfection des joints des pierres sur les pignons sud débute par l'installation des échaffaudages, aussitôt suivie par un test de piquetage.

 

 

 

 

 

 

 

 

Juste à côté, dans l'herbier, les pousses vertes de l'année ont commencé à sortir de l'eau au travers des tiges sèches de fin d'hiver. Il est donc grand temps de nettoyer les boisseaux et le bassin.

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

Une première tonte est effectuée sur la digue où ont été implantés deux pieds d'herbes de la pampa. Ils proviennent d'une souche mère du jardin d'un membre de l'association.

L'herbe de la pampa ou herbe des pampas ou roseau à plumes, est une grande plante herbacée vivace de la famille des Poacées, sous-famille des Danthonioideae. Originaire d'Amérique du sud, elle est souvent cultivée comme plante ornementale.

Nom scientifique : Cortaderia selloana.

 

 

 

Mai

 

Lundi 2 et Mardi 3

 

Avec six paires de bras pendant les deux jours, les piquetage, nettoyage au chlore et à l'eau sous pression des pierres du premier pignon, sont effectués allègrement.

 

Il n'y a pas photo sur le résultat !...

 

 

   

 

 

 

 

Juin

 

Lundi 6

 

Bouchage des joints au mortier Parelumière.

 

Dans l'équipe du jour, la présence de la trésorière de l'association venue participer à l'ouvrage est à remarquer.

Ce n'est pas encore la parité, mais c'est un début !...

 

 

 

 

 

Lundi 13

 

Déplacement de l'échaffaudage pour le second pignon.

 

 

 

   

 

 

Vendredi 17

 

Nettoyage de l'intérieur du moulin pour les journées du patrimoine de pays et des moulins.

 

 

 

 

 

 

Samedi 18 et dimanche 19

 

 

 

 

Ouverture du moulin au public les 2 journées de 14h à 18h.

Visites libres et commentaires apportés par les membres de l'association.

Bonne affluence des visiteurs avec comme chaque année des têtes nouvelles, et d'autres plus anciennes accompagnant des amis, des parents, en découverte du site, avec toujours de la curiosité et de l'intérêt manifestés pour la restauration des lieux et les animations organisées.

 

 

 

 

 

 

Mardi 28 et mercredi 29

 

C'est pratiquement la dernière intervention sur le gros oeuvre. La boucle est bouclée et le bâtiment reprend une clarté qui met en valeur la structure d'ensemble, désormais bien visible depuis la route principale.

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

La main et la truelle, tout un symbole.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est fini... pour l'instant !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La ribote, c'est quoi ?

 

 

Juillet

 

Vendredi 15

 

On fête la "ribote"

 

Dans son dictionnaire éthymologique et ethnologique des parlers brionnais, Mario Rossi professeur émérite à l'université de Provence, né en charolais à Digoin, la cite en termes de pays comme étant "un repas de fin des foins et des moissons".

 

Sur le site de l'auteur http://pjpmartin.free.fr/site/Mario_Rossi.htm cliquer sur la flèche située au-dessus du titre "Les lieux-dits du Brionnais" et découvrez l'histoire complète de la région au travers des sites historiques et informatiques qui contribuent à sa splendeur.

 

 

 

 

 

 

 

Le Brionnais de site en site Blason du Brionnais Le comte de Charolois 

 

 

Carte du CharolaisCarte du Brionnais en Bourgogne du Sud

 

 

 

---

 

 

 

En analogie à la ribote des moissons, celle du moulin marque la fin des travaux de gros oeuvre sur le bâtiment. Quinze années d'engagements et d'efforts fêtées par un repas frugal organisé dans le farinier du moulin. 

 

 

 

 

 

Menu autour de la farine "Maison" accompagné de pain pétri et cuit sur place, et au dessert : gaufres et confitures comme au temps des grands mères !

Une vraie belle ribote.

 

 

 

 

 

   

 

Le président remercie les boulangers du jour, et remet un tablier des Amis du Moulin à un voisin de pays pour l'aide apportée depuis la création du four à pain jusqu'à la fournée du 15 juillet 2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

Apprentissage "Maison"

à la fabrication de pain

 

 

 

 

Vendredi 29

 

Premier apprentissage d'une fournée "100 % maison" sans l'aide d'un homme d'expérience, depuis le pétrissage jusqu'à la cuisson du pain.

 

Le mélangeur, qui a servi à préparer le pâton a appartenu à l'ancien boulanger de Lugny : Henri Bouillon, et a été offert à l'association par son fils. L'outil remplace le pétrin traditionnel en bois dans lequel le mélange se faisait jadis à la main, et permet de fabriquer 9 kg de pâte en une seule fois, correspondant à une fournée complète.

 

 

 

 

 

 

 

"La recette du Moulin"

 

Pour 1 kg de farine de blé du domaine de Fontenay à Lugny : 0,64 litre d'eau de source, 20 grammes de levure de boulanger, 20 grammes de sel... et beaucoup d'amour.

 

 

 

   

 

 

En sortie de four un petit "coup de chaud" est constaté sur le fond des pains ayant cuit sur le périmètre où se trouvait le feu.

Une mesure corrective est aussitôt avancée pour la fois suivante : avant d'enfourner, attendre environ 1/4 d'heure après évacuation des braises et passage de la toile mouillée, de telle sorte que le pic de chaleur de la sole se répartisse dans le volume.

 

 

 

 

 

 

 

 

Fête annuelle au moulin

 

 

 

Août

 

Samedi 6

 

 

En plus du programme habituel des visites commentées et des animations, du repas sous chapiteau en soirée, une fabrication de pain est mise en oeuvre dans l'atelier de pétrissage nouvellement aménagé.

Cette fois-ci, seules des baguettes sont préparées en vue d'offrir des tranchettes dégustation avec saucisson ou fromage fort, pendant la circulation des visiteurs au cours de l'après midi.

 

 

 

 

 

 

 

L'horloge rythmant le travail dans le fournil arbore aussi le logo ! C'est dire...

 

 

 

 

 

---

 

 

 

Vers 16h, avant le début des visites on se rassemble sur l'arrière du moulin. L'association étant candidate au trophée 2016 des entreprises du Pays Charolais / Brionnais en septembre, il est prévu qu'une photographie de l'équipe soit jointe au dossier. On profite donc de la présence de tout le monde ou presque  le jour de la fête, pour réaliser la 1ère photo d'ensemble des membres actifs-ives (hormis 2 dames absentes).

 

 

 

   

 

 

 

En soirée, sous le chapiteau un dîner avec terrine de chevreuil "Forestière", entrecôte charolaise remarquable cuite à la commande et garnie de pommes frites, fromage à la crème et millefeuille craquant, satisfera les nombreux  convives.

De temps à autres un petit air d'accordéon "au bord de l'eau" entretiendra une chaleureuse ambiance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Journées européennes du Patrimoine

 

 

 

Septembre

 

Samedi 17 et dimanche 18

 

 

 

 

 

 

Comme chaque année le moulin ouvre ses portes au public pour des visites libres commentées, auxquelles vient s'ajouter une animation nouvelle avec fabrication et dégustation de pain "maison".

 

 

 

 

 

 

 

 

---

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DERNIERE MISE A JOUR :

Lundi 19 septembre 2016

L'administrateur du blog.

 

 

 

 

 

 

 

7 01 /11 /novembre /2009 00:00

 

C'est facile

 


Lien vers un plan Google Maps

 

Le moulin se trouve à 6 km au sud-ouest de Charolles, par la départementale n°10 en direction d'Anzy le Duc - Marcigny, et à proximité directe du bourg de Lugny (71120).

 

Le site est toujours accessible au public, avec table et bancs à l'abri ou sous les arbres, toilettes à proximité, mais il reste cependant privé.

 

La partie moulin est fermée et ne peut être ouverte qu'en présence d'un des membres de l'association.

 

 

 

VISITES LIBRES gratuites

En juin pour les Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins.

En août pour la Fête d'été.

En septembre pour les Journées du Patrimoine.

 

 

VISITES PRIVEES moyennant participation

Toute l'année pour groupes à partir de 10 personnes sur réservation

au 03 85 88 30 73 ou lauvernier.j@orange.fr

 

 

 

 

Les visiteurs accèdent à l'ensemble du site sous leur propre responsabilité, quels que soient les risques éventuels, aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur, même s'ils sont accompagnés par un ou plusieurs membres de l'association.

 

 

 

 

 

 

 

 

  2011 (23)  

 

 

 

 

 

 

1 01 /12 /décembre /2008 00:00

   

 

 

 

Secrétariat

 

 

Jean Lauvernier

Le bourg

71120 Lugny-lès-charolles

 

 

Tél  03 85 88 30 73

 

  Courriel  lauvernier.j@orange.fr

 

 

 

 

 

  2011 (23)  

 

 

 

 

6 01 /12 /décembre /2007 00:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Donateurs "particuliers"

 

L'association remercie les particuliers de proximité ou éloignés, qui par leurs dons modestes ou conséquents participent à la réhabilitation du moulin.

 

 

 

  ---

 

 

 

 

Elle adresse également ses remerciements aux...

 

  Partenaires "entreprises" 

 

   

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

---

 

 

 

 

  Et remerciements aux...

 

Partenaires institutionnels

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

 

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

---

 

 

 

 

 

Recherche